Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Parc de la Tête d'Or : cap vers l'Asie !

le - - Evasion / Tourisme

Parc de la Tête d'Or : cap vers l'Asie !

Ouvert à la moitié du XIXe (1857), le Parc urbain de la Tête d'Or se définit d'emblée comme un jardin botanique et zoologique de 117 hectares, magnifié en 1874 par l'Exposition universelle.

Au fil du temps et parallèlement au parc urbain, le parc zoologique s'est développé tout d'abord autour d'une plaine européenne, puis africaine et malgache en 2006 (2,7 ha ouverts avec 25 espèces animales, dont 8 menacées). Et dernièrement, avec l'initiation d'une plaine asiatique dénommée « Forêts d'Asie » sur les vestiges de l'enclos des éléphants construit en 1964.

Désormais disponible, cet espace de 45 000 m2 va donner lieu à la création d'une grande serre végétale destinée à abriter quelque 25 espèces animales menacées de l'Asie du Sud-Est, pour ne parler que de noms qui chantent déjà : hokki, tapir malais, gibbon à favoris blancs, binturong, grenouille mousse ou encore lézard crocodile de Shin.

Au-delà de l'accroissement de la taille du zoo, c'est à une véritable valorisation et préservation de nouveaux biotopes asiatiques que la mairie s'attaque note son maire, Georges Képénékian. Qui plus est, avec une immersion forestière et conséquente pour les 1,4 million de visiteurs annuels du zoo (2 millions au total pour le parc).

Côté scénographie, c'est donc le contact étroit entre l'homme et l'animal qui anime ce projet au travers de différents espaces spécifiques, pour ne parler que de l'immense volière, au cœur d'une végétation luxuriante et naturelle, dans laquelle l'eau occupe une place prépondérante, au même titre que la climatologie.

A n'en pas douter, ce nouveau pôle dont l'ouverture est prévue en 2020 devrait également accroitre le nombre de visiteurs au contigu jardin botanique (8ha, 13 000 espèces, herbier de 213 000 échantillons…).

Le projet en chiffres

Propriétaire du Parc de la Tête d'Or, la Ville de Lyon (direction des espaces verts) assure la maîtrise d'ouvrage de ce projet. Avec l'attribution des lots de travaux (Alep, Base, Cap Vert Ingénierie, Tribu Scop et cabinet Grasset) début novembre (les premières réflexions datant de novembre 2011), les études vont pouvoir démarrer, en particulier quant à l'éventuelle pollution des sols, pour un début des travaux, évalué au deuxième trimestre 2019. Valorisé à 3,6 millions d'euros (à enveloppe constante sur le budget du parc), le projet conserve et rénove le bâtiment classé des éléphants (700M2). Actuellement, le budget du parc (23 employés est de 5 millions d'euros, plus un million en fonctionnement. Profitons de l'actualité pour annoncer qu'un appel à projet verra le jour, 2018 pour définir les contours d'un nouveau restaurant sur les bases de l'ancien Chalet du Parc.




Michel GODET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer