AccueilCollectivitésZone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole de Lyon : un calendrier et des défis

Zone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole de Lyon : un calendrier et des défis

Les élus de la Métropole Lyon ont validé l’amplification de la ZFE (zone à faibles émissions), c’est-à-dire le nombre de véhicules concernés par les restrictions de circulation.
A partir de 2026, les véhicules diesel seront interdits à la circulation dans la ZFE dans la Métropole de Lyon.
© Métropole de Lyon - A partir de 2026, les véhicules diesel seront interdits à la circulation dans la ZFE dans la Métropole de Lyon.

Collectivités Publié le ,

Si l’exécutif de la Métropole de Lyon a soigné la première étape dans l’annonce de la mise en place d’une ZFE (zone à faibles émissions) au sein de l’agglomération lyonnaise, il sait aujourd’hui que s’amorce une nouvelle phase où la pédagogie autour de ce grand projet de mobilité devra être reine.

"C’est certain que nous devons communiquer de manière encore plus forte sur la ZFE. La phase de concertation qui s’achève donne de grands enseignements en ce sens", explique Bruno Bernard, président de la métropole de Lyon.

Une agence des mobilités pour quoi faire ?

Les élus de la Métropole de Lyon valident l'extension de la ZFE

Cette semaine, les élus métropolitains ont validé l’amplification de la ZFE et qui concerne un périmètre central comprenant Lyon, Caluire-et-Cuire, Villeurbanne, Bron et Vénissieux (les zones à l’intérieur du Boulevard périphérique, Ndlr) et un périmètre étendu touchant jusqu’à la rocade Est, le Boulevard Urbain Sud soit 18 communes au total.

Ainsi, à compter du 1er septembre 2023 (périmètre central) et du 1er septembre 2024 (périmètre étendu), les véhicules Crit’Air 4 et 5 seront interdits de circuler. Ce seront ensuite au tour des Cri’Air 3 d’être interdits sur le périmètre étendu à partir du 1er septembre 2025 puis les Crit’Air 2 à cette même date, sur le périmètre central.

ZFE à Lyon, des inquiétudes

La concertation autour de la ZFE a fait resurgir plusieurs enjeux autour du financement public de véhicules "propres", le développement de modes alternatifs à l’usage de la voiture, les dérogations possibles pour les particuliers et les professionnels, l’efficacité du dispositif par rapport aux émissions de CO2 ainsi que les modes de contrôle.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?