Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Grande expo Yves Saint-Laurent pour la réouverture du musée des tissus

le - - Exposition

Grande expo Yves Saint-Laurent pour la réouverture du musée des tissus

Le musée des Tissus de Lyon célèbre Yves Saint Laurent, l'un des plus grands créateurs du XXe siècle. Une exposition unique qui met en lumière les liens privilégiés entretenus par le couturier durant quarante ans de collaboration avec les soyeux lyonnais, fabricants et fournisseurs des tissus et étoffes de la région.

  • © François-Marie Banier - Yves Saint Laurent (1936-2008).
Robe de mariée dite « Shakespeare ». Collection haute couture automne-hiver 1980
  • ©SYLVAINPRETTO

Le Musée des tissus de Lyon rouvre au grand public ce mois de novembre après plus de trois ans de fermeture. C'est une grande exposition qui fait l'évènement. Le parcours muséographique évoque Yves-Saint Laurent et les soyeux lyonnais intitulée « Les coulisses de la haute couture à Lyon » avec le sous-titre "l'exposition de la renaissance du musée des tissus à Lyon". La Région Auvergne-Rhône-Alpes attend beaucoup de cette réouverture.

La collectivité régionale a en effet investi 50 M€ en subvention sur le plan d'investissement, et elle a repris la gestion de fonctionnement de l'institution lyonnaise, ancienne propriété de la chambre de commerce de Lyon, qui reste partenaire.

Le musée est aujourd'hui porté par un groupement d'intérêt public composé de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Chambre de Commerce et d'Industrie Lyon Métropole-Saint-Étienne-Roanne et l'Union Interentreprises Textiles Auvergne-Rhône-Alpes.

Yves Saint-Laurent et Lyon, c'est une longue histoire, une aventure de créateur indéfectiblement attachée à la soie, une industrie et un art lyonnais beaucoup plus anciens bien sûr que Saint-Laurent lui-même, mais dont il a su tirer partie grâce à son son génie de la haute couture. La "route de la soie" elle-même participe des liens particuliers de Lyon avec la Chine.

Aujourd'hui Madison Cox, qui préside la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent Paris exprime la relation de l'artiste avec Lyon : "Le lien exceptionnel tissé par Yves Saint Laurent avec les fabricants de tissus lyonnais est indéniable ; cette relation unique n'a cessé d'accroître et de nourrir leur influence réciproque. L'apport constant de textiles nouveaux et innovants venant de Lyon, choisis par Yves Saint Laurent pendant plus de quarante années de création, est un témoignage de l'industrie textile française qu'illustrent magnifiquement cette exposition et son catalogue richement documenté."

La profession des industries textiles (le syndicat Unitex) n e s'y est pas trompé. Il fait partie des partenaires pour la relance du musée. Le mécénat participe à l'opération. Une institution lyonnaise de la mémoire du textile en France, alors que l'industrie, notamment Hermès, a des ateliers dans la région.

Depuis une décennie, elle a intensifié une politique de "relocalisation" de certaines de ses productions (maroquinerie), et ses fameux "carrés de soie Hermès" sont fabriqués depuis toujours en région lyonnaise.

Sans l'intervention de Lyonnais qui ont appelé à la rescousse des personnalités telles que Stéphane Bern ou Bernard Pivot, le musée aurait probablement été démantelé et vendu.

A la suite de longs mois d'atermoiements de la part de l'Etat et des collectivités, c'est finalement la Région, en 2016-17 qui a repris le musée. ce dernier joue son rôle de ressource documentaire pour les chercheurs, les étudiants, les scolaires, avec un fonds documentaire qui retrace 4500 ans d'histoire du textile.

Jusqu'au 8 mars 2020 https://www.museedestissus.fr/exposition-yves-saint-laurent/

Huit maisons lyonnaises au cœur de l'exposition

Abraham (1878-2003) En 1878, Jakob Abraham crée l'entreprise, mais son histoire est surtout marquée par Gustav Zumsteg, surnommé le « roi de la soie ».

Beaux-Valette (1935-) Fondée en 1935, cette maison est le fruit de l'association d'un descendant de mouliniers ardéchois, Valette, et d'un financier, Beaux.

Bianchini-Férier (1888-2002) Trois jeunes hommes issus de la sphère créative, de la technique et de la finance respectivement - Charles Bianchini, François Atuyer et François Férier - s'associent en 1888 pour créer leur propre maison à Lyon, médaillée dès 1889 à l'Exposition universelle de Paris.

Bouton-Renaud (1865-) L'entreprise est issue d'une affaire familiale fondée en 1865, la maison Guillaume et Bouton.

Brochier (1890-) Employé par des soyeux lyonnais, Jean Brochier s'installe à son compte en 1890.

Bucol (1924-) Créée en 1924, la maison Bucol tire son nom de ses fondateurs Charles Colcombet et Claude Buchet.

Hurel (1879-) Edmond Hurel fonde à Paris, en 1879, un atelier de broderie, ancêtre de la maison actuelle qui travaille pour le luxe et la haute couture.

Sfate et Combier (1850-) En 1850, David Armandy père crée dans la Drôme une fabrique de soie. En 1920, se constitue en Indochine (actuel Vietnam), la S.F.A.T.E, Société Franco Annamite Textile et d'Exportation.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer