AccueilEconomieIndustrieWatch Live s'installe dans la pépinière Laënnec

Watch Live s'installe dans la pépinière Laënnec

Créée en décembre 2014, la start-up lyonnaise Watch Live profite d'une levée de fonds pour s'implanter dans la pépinière Laënnec et accélérer l'industrialisation de son microscope.
Watch Live s'installe dans la pépinière Laënnec
© : DR - Manuel Ausserré

EconomieIndustrie Publié le ,

Co-fondateurs de Watch Live, une start-up centrée sur la conception et l’industrialisation d’un microscope « révolutionnaire », Manuel Ausserré et son père, Dominique, physicien et chercheur au CNRS, viennent de franchir une étape décisive. En levant 210 000 € auprès d’un investisseur privé, du Réseau Entreprendre Rhône et du Crédit Agricole Centre Est, ils ont obtenu les moyens de transférer leur activité derrière les murs de la pépinière Laënnec, dans le 8ème arrondissement de Lyon.


« Ce n’est pas anodin, explique Manuel Ausserré. Nous allons disposer de l’espace et des conditions appropriés pour passer du stade du prototype à celui de la pré-industrialisation. Nous devons encore ajouter des fonctions essentielles pour améliorer l’ergonomie, le confort d’utilisation, les fonctions de mesure et d’analyse. » Un chercheur devrait rejoindre Watch Live, d’ici la fin de l’année, pour avancer sur ces points et la première version industrielle devrait être livrable à partir de l’été 2017.


Le microscope mis au point par Dominique Ausserré, qui joue le rôle de conseil scientifique de l’entreprise, s’adresse aux secteurs des nanotechnologies, de la biologie, de l’électrochimie, et des sciences des surfaces… Il permet la visualisation d’objets très fins, inférieurs à 30 nanomètres, en temps réel. Une performance qui est pour le moment réservée à des microscopes coûtant près de 10 fois plus cher et beaucoup plus encombrants.


Manuel Ausserré compte utiliser cet avantage concurrentiel pour conquérir des marchés, en France et à l’international. « Après le marché hexagonal, nous commencerons par attaquer les pays européens, explique-t-il. Mais à terme de deux ans, nous viserons le marché nord-américain, car c’est là-bas que le potentiel est le plus important pour ce type d’appareil. » Une seconde étape de développement, qui pourrait nécessiter une nouvelle levée de fonds.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?