AccueilCollectivitésVoyage mémoire à Auschwitz annulé : les oppositions fustigent la décision de la Métropole de Lyon

Voyage mémoire à Auschwitz annulé : les oppositions fustigent la décision de la Métropole de Lyon

En raison de la proximité du conflit en Ukraine, les collégiens de la Métropole de Lyon ne prendront pas part au voyage mémoire à Auschwitz, habituellement co-organisé avec le Département du Rhône. Les oppositions dénoncent, la majorité se défend.
Le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau en Pologne, un lieu de mémoire où les collégiens du Rhône et de la Métropole de Lyon se rendaient conjointement avant la pandémie. Mais pas en 2023.
© Julien Verchère / photo d'archives - Le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau en Pologne, un lieu de mémoire où les collégiens du Rhône et de la Métropole de Lyon se rendaient conjointement avant la pandémie. Mais pas en 2023.

Collectivités Publié le ,

La question du devoir de mémoire s'est invitée au conseil de la Métropole de Lyon lundi 23 janvier, en préambule à l'ordre du jour. Plusieurs groupes d'opposition ont demandé des explications à la majorité écologiste après la décicion de cette dernière de ne pas relancer le voyage mémoire à Auschwitz en 2023, pour des raisons de sécurité.

Chaque année, des collégiens du Rhône et de la Métropole de Lyon se rendent en Pologne pour un douloureux mais nécessaire regard sur la Shoah. Les 8 et 9 mars prochains, seuls les collégiens du Département du Rhône prendront part à ce déplacement.

120 élèves issus de plusieurs établissements - et accompagnés et guidés par des témoins victimes de la déportation nazie - visiteront successivement Kazimierz (ghetto juif de Cracovie), l’usine Oskar Schindler, le camp-musée d’Auschwitz, (camp de travail et de concentration), puis le camp de Birkenau (camp d’extermination).

Louis Pelaez : "La plupart des collectivités ont maintenu ces visites à Auschwitz"

Président du groupe centriste "Inventer la métropole de demain", Louis Pelaez a mis en avant ce matin son incompréhension tout en demandant des "explications".

"Je me suis renseigné, la plupart des collectivités ont maintenu ces visites à Auschwitz, des associations locales et régionales continuent à le faire, Cracovie est à plus de 1000 kilomètres de la frontière ukrainienne... Donc la seule explication donnée sur l'insécurité liée à la situation ukrainienne nous pose question", a-t-il interrogé.

© Julien Verchère / photo d'archives. Chaque année, plusieurs centaines de collégiens du Rhône cultivent le devoir de mémoire en visitant le camp d'Auschwitz et ses terribles baraquements.

Annulation du voyage à Auschwitz : "une faute politique" pour Philippe Cochet

Ton offensif également dans le discours de Philippe Cochet, président du groupe d'opposition de droite "La Métropole positive", pour lequel "l'année 2023 commence mal pour le devoir de mémoire". Le maire LR de Caluire-et-Cuire a fustigé "une décision incompréhensible", y voyant même "une faute politique".

"Vous annulez car la Pologne pourrait être un territoire de dégâts collatéraux de la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Certains évoquent plutôt votre aversion pour les voyages en avion", a égratigné l'élu d'opposition, référence aux propos tenus vendredi 13 janvier par Christophe Guilloteau. Lors de ses voeux à la presse, le président LR du Département du Rhône, avait avancé cette explication comme facteur de décision.

"Ce serait un moindre mal car cette attaque contre le devoir de mémoire est une récidive. On se souvient tous ici de votre inaction face à la tentative de réorganisation du mémorial de Montluc", a martelé l'opposant de Droite.

Bruno Bernard "choqué" par les propos et la polémique

Réagissant aussitôt, Bruno Bernard s'est dit "choqué" par les propos tenus par Philippe Cochet, "qui viennent après ceux tenus par le président du Département du Nouveau Rhône, qui m'ont atterré par leur grossièreté et leur bêtise".

Le président écologiste a cherché à couper court à tout débat ("Je ne pense pas que sur ces sujets il faille aller chercher des polémiques là où il n'y en a pas"), avant de céder la parole à la vice-présidente Véronique Moreira, déléguée à l'éducation et aux collèges, en charge du devoir de mémoire.

"Cette question de la mémoire est essentielle pour tous les publics, mais en particulier pour les jeunes qui construisent leur citoyenneté", a insisté l'élue de la majorité, citant l'action récemment déployée par la Métropole de Lyon avec une visite de 100 collégiens à la Maison des enfants d'Izieu, dans l'Ain.

Voyage à Auschwitz : la Métropole de Lyon a beaucoup consulté

Elle est également revenue sur les origines de la décision concernant le voyage mémoire à Auschwitz. "Nous nous sommes beaucoup interrogés sur le maintien ou pas du déplacement des élèves sur le territoire polonais, avec la question de savoir si les jeunes, leurs familles, les enseignants étaient prêts à prendre le risque de leur sécurité", a déclaré la vice-présidente, évoquant de nombreuses consultations auprès du rectorat, de représentants d'associations, ou encore de parents d'élèves.

Rappelant que ce voyage avait été annulé en 2022 en accord avec le Département du Rhône parce que le contexte était "au moins aussi incertain que celui de cette année", Véronique Moreira a insisté sur le durcissement du conflit à l'aube de 2023 "y compris avec l'engagement des Polonais, qui annoncent des décisions fortes sur leur participation au combat des Ukrainiens".

La vice-présidente a au passage indiqué que "Cracovie ne se trouvait qu'à 250 km de Lviv et pas 1000 comme l'a déclaré M. Pelaez". La distance à vol d'oiseau entre les deux villes est en fait précisément de 293 km.

Devoir de mémoire : une alternative en France pour les collégiens de la Métropole de Lyon ?

Au regard du contexte, la Métropole de Lyon a imaginé un plan B. "Nous avons travaillé sur une alternative en proposant un voyage au camp de Natzweiler-Struhof (NDLR situé en Alsace, entre Colmar et Strasbourg), le seul camp de concentration nazi sur le territoire français. Il propose depuis l'année dernière un nouveau parcours mémoriel qui inclut la chambre à gaz et les lieux d'expérimentations médicales. Il s'agit d'un lieu extrêmement sensible et impactant", a souligné Véronique Moreira.

© Gzen92 / Wikimedia Commons / Le camp de Natzweiler-Struhof en Alsace.

La Métropole de Lyon va proposer deux voyages, "ce qui nous permet de doubler le nombre d'élèves qui pourront travailler avec leurs enseignants et à travers ce lieu sur le devoir de mémoire". La collectivité souhaite associer à cette initiative un groupe de personnes qualifiées (spécialistes du travail mémoriel, enseignants, parents d'élèves...) afin d'évaluer cette nouvelle proposition "et préparer l'année prochaine".

Selon le contexte géopolitique, la Métropole planchera alors sur différents scénarios, "l'option de retourner à Auschwitz en faisant partie évidemment" a précisé Véronique Moreira, concluant sur une note plus politique : "Sur ces sujets, nous devrions être ensemble plutôt que d'agiter des chiffons rouges qui ne font que fracturer les sociétés et attiser les haines."

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 04 février 2023

Journal du04 février 2023

Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?