AccueilAutomobileVolkswagen T6.1 Multivan : aussi pratique que raffiné

Volkswagen T6.1 Multivan : aussi pratique que raffiné

Volkswagen T6.1 Multivan : aussi pratique que raffiné

Art de vivreAutomobile Publié le ,

Lancée en 2015, l'actuelle sixième génération du Transporter, dite T6, a beau être principalement diffusée dans ses innombrables variantes fourgon, ses dérivés Caravelle (minibus navettes d'hôtel), California (camping-car) et Multivan (très grand monospace) en sont les versions les plus emblématiques.

L'ensemble de cette très large gamme bénéficie à présent d'une série d'améliorations repérées par l'appellation T6.1, façon numérotation de logiciel. Pour le Multivan, comme le reste de la famille Transporter, cette opération se traduit par un tangible rafraichissement de la face avant, suffisant pour égayer une silhouette très parallélépipédique, gage de fonctionnalité et d'intemporalité favorable à la revente.

Mais la valeur ajoutée du Multivan et consorts se jauge surtout à bord. Renouvelée et d'un dessin agréable, la planche de bord apparaît, en haut de gamme, aussi soignée - aussi « premium » - que la dernière Passat, volant multifonction et contre-portes avant n'étant pas en reste. Raffinement encore avec l'instrumentation à affichage digital couleur incorporant la carte GPS, de série en sommet de gamme. Idem pour l'écran central couleur tactile, légèrement orienté vers le conducteur, et de 9,2 pouces - 23,4 cm - dans la meilleure finition, fort des dernières avancées en matière de services connectés, au travers de trois propositions graduelles. Vocation utilitaire oblige, les rangements fourmillent, jusqu'au logement pour smartphone avec recharge à induction, en option.

Selon le glossaire VW en cours, l'intitulé des trois finitions - Trendline, Carat et Carat Édition - indique leur bonne dotation d'équipement de départ. Assortie de moult options fonctionnelles. L'exécution « top » Carat Édition propose le T6.1 sous deux longueurs, 5 et 5,40 mètres, rendant magistrale l'habitabilité des 7 places. D'autant qu'en pivotant, les deux sièges de la rangée 2 permettent de faire salon... ou bureau, alors qu'une astucieuse petite table ronde, de série, peut se déployer et se fixer à peu près où l'on veut. Tous affaissés les uns contre les autres, bien à plat, les sièges forment un vrai couchage, et cette flexibilité des aménagements est vraiment poussée loin. Enfin, pour le « fun », VW propose une jolie peinture bicolore, mais au prix fort (3 068 €), ce qui la rend encore plus exclusive !

Côté technique, l'apport d'une nouvelle direction électromécanique permet l'introduction d'aides à la conduite à direction active, inédites et pertinentes : aide à la manœuvre d'une remorque, compensation de trajectoire en cas de vent latéral, maintient sur la voie, ou encore aide au stationnement, enrichie de nouvelles fonctions. Mais il y en a bien d'autres, comme l'utile régulateur de distance ACC.

Coiffés par un bouillant 2 litres diesel à double turbo crachant 198 ch pour le prestige... ou pour l'Allemagne, les autres 2.0 TDI simple turbo (tous aux dernières normes Euro6d TEMP) se déclinent en 90, 110 et 150 ch. À partir de ce seuil, la transmission intégrale 4Motion devient accessible.

Au volant, avec 150 ch sous le pied et une boite auto à double embrayage DSG 7 rapports, la conduite du T6.1 ne diffère guère d'une Golf ou autre compacte, hormis l'encombrement. Forte rigidité de caisse, excellente filtration et direction hyper précise insufflent une saveur « premium » à la conduite, singulière pour un châssis basé sur un utilitaire ! Mieux : l'option châssis adaptatif DCC offre trois lois d'amortissement : Normal, Confort ou Sport. Et si cet attelage parvient à mouvoir très correctement cette masse qui dépasse les 2 300 kilos, les gros freinages s'avèrent néanmoins un peu moins réactifs qu'avec une voiture particulière.

Par rapport au T6, son évolution améliorée et mieux équipée T6.1 renchérit son tarif d'environ 2 %, mettant notre Multivan TDI 150 ch DSG7 Carat Édition aux environs de 67 000 €. C'est cher, sans être le plus cher, et son inimitable originalité de grand monospace cossu, et maniable comme une auto, en souligne plus que jamais l'attrait.

Au départ simple Coccinelle transformée en fourgonnette utilitaire, le Transporter - dénommé Combi dans ses moutures initiales à moteur arrière - s'est forgé une sacrée réputation au fil d'une lignée qui remonte à 1950. Aujourd'hui, le Transporter est, avec ses dérivés, le modèle le plus vendu de la Division des Véhicules Commerciaux de Volkswagen.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?