Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Voie de garage

le - - Actualité

.

Sur le départ de chez Michelin, Jean-Dominique Senard (66 ans en mars) va prendre les rênes de Renault, après la sortie de route de Carlos Ghosn. Adoubé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, l'emblématique patron de l'équipementier pneumatique aura la lourde responsabilité de redorer le losange du constructeur français, dont l'Etat demeure le premier actionnaire (15 % du capital ; 22 % des droits de vote). Tout en renforçant l'alliance tripartite Renault-Nissan-Mitsubishi, férocement écornée. Estampillé « patron social », Jean-Dominique Senard se voit apposer moult épithètes : diplomate (par atavisme paternel également), attentif, habile et avisé. Une palette idoine pour celui qui devra être à l'écoute, faire preuve de proximité, tout en recréant du lien avec les divers rouages du premier groupe automobile mondial, sans rouler… des mécaniques. En tous cas, cette nomination d'un industriel expérimenté est lourde de symboles, alors que notre pays traverse une succession de crises, sociale notamment.

Porté sur les fonts baptismaux, le Grand Débat national nous replonge quelque 23 décennies en arrière. L'analogie avec l'année 1789 est aisée. Des revendications similaires, avec l'overdose fiscale en figure de proue. A l'instar de notre célèbre Révolution, ce n'est pas tant le principe de l'impôt qui est fustigé aujourd'hui que l'iniquité de sa répartition. Voilà vraisemblablement un ressentiment qui devrait noircir les cahiers de doléances mis en place dans les 34 851 communes (décompte au 1er janvier 2019). Dans ces supports de plaintes, on devrait aussi largement retrouver les exigences pour un retour de l'ISF et une baisse de la CSG pour les retraités. A toutes fins utiles, rappelons ici que la réforme de l'ISF et l'augmentation de la CSG étaient inscrites dans le programme du candidat Macron. A bon entendeur…

Dessinée dans un double esprit, d'ouverture et d'apaisement, cette vaste consultation, si elle déclenche l'appétence populaire, ne calme en rien le mouvement labile et acrimonieux des gilets jaunes, ni ne suscite l'enthousiasme d'une classe politique, mêlant scepticisme et défiance. « Nous jouerons le jeu sans trop y croire », scande même le maire du 6e arrondissement de Lyon, Pascal Blache, qui voit dans ce grand débat, un « exercice dangereux, car il risque de multiplier les déçus et de démultiplier l'engagement des plus vindicatifs ». De son côté, Gaël Perdriau, l'édile stéphanois, ne sait si cette consultation constitue « la bonne méthode. Nous ne pouvons y répondre a priori. L'heure est au débat, au dialogue, aux échanges, à l'expression, à la participation ». Et d'espérer la fin des manifestations, et de leur cortège de violences. Vénissieux profite de cette initiative pour consulter ses habitants afin qu'ils livrent « leurs attentes et leurs priorités ». En corrélant ces avis aux contraintes financières et budgétaires, la Ville entend affiner les contours du Vénissieux de demain. A l'instar d'Ethic (Entreprises de taille humaine indépendantes et de croissance), à l'origine de la prime défiscalisée reprise à son compte par l'exécutif, les patrons entendent apporter leur pierre à l'édifice. Dans une démarche constructive. Car la société ne peut ignorer ces patrons, moteurs essentiels de l'économie. Pour éviter aussi que ce grand débat n'emprunte une voie de garage…




Laurent ODOUARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer