Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Virtus lance un protège-tibia sur-mesure

le - - La Start-up qui change votre quotidien

Virtus lance un protège-tibia sur-mesure
DR - Mathieu Rat et Thibault Nieddu ont créé Virtus

Après 450 000 € investis pour la mise au point d'un matériau malléable et deux ans de preuve de concept, la start-up lyonnaise Virtus lance début avril 2019 SymbioFit, un protège-tibia livré à plat qui prend la forme de la jambe après 15 minutes trempé dans une eau à 65°.

Un matériau composite présentant des caractéristiques de thermo-formabilité, une mousse de qualité médicale, un tissage de renfort dans une fibre minérale haute résistance sont les principaux matériaux utilisés par Virtus Football pour son protège-tibia nouvelle génération. Le procédé consiste à plonger le protège-tibia, fabriqué à plat, dans une eau à 65° et l'appliquer sur la jambe afin qu'il en épouse parfaitement sa morphologie. « Cette nouvelle technologique brevetée rend ainsi le sur-mesure accessible à tous les joueurs de football, dans un premier temps, avant de s'attaquer aux quelque 17 autres fédérations sportives utilisant ce type de protection individuelle », explique Mathieu Rat, cofondateur avec Thibault Nieddu, de Virtus à Lyon.

Misant sur une fabrication 100 % française et des collaborations avec des industriels locaux de la plasturgie et du textile, Virtus pointe aussi sa performance à proposer un produit commercialisé à partir de 69,95 €, « là où des joueurs professionnels dépensent entre 500 et 5 000 € pour se faire fabriquer des protections en carbone sur-mesure ».

Pour sa première année de commercialisation, via son site internet et en misant sur le rapprochement avec des clubs de football, Virtus vise « 300 à 350 000 € de chiffre d'affaires », selon Mathieu Rat qui projette « 10 M€ à quatre ou cinq ans ».

Une première levée de fonds de 450 000 € pour la mise en point technique a été réalisée en love-money et auprès de Bpifrance et d'une banque. Une seconde levée de fonds est escomptée pour 2020, « de 300 000 € auprès de Bpifrance ayant un effet de levier de 300 000 € auprès d'une banque pour financer le développement commercial en Europe et se diversifier sur de nouvelles applications tels que les équipements de protection individuelle ».

Sous-traitant l'ensemble de la fabrication, Virtus ne compte aucun salarié outre ses deux associés.




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer