AccueilActualitéPolitiqueVille de Lyon, l'enjeu politique de l'économie et de l'écologie

Ville de Lyon, l'enjeu politique de l'économie et de l'écologie

Ville de Lyon, l'enjeu politique de l'économie et de l'écologie

ActualitéPolitique Publié le ,

La ville de Lyon pèse à peine plus d'un tiers des voix (lire encadré) de cette grande métropole omnipotente, unique en France, et voulue par le maire de Lyon actuel, qui a poussé à sa transformation juridique il y a cinq ans (loi Maptam) . Elle aurait beau voter comme un seul homme pour un candidat ou une candidate à la présidence avec ses 36,7 %, il lui faudrait trouver une majorité dans les autres circonscriptions. C'est donc sur l'ensemble des 59 communes de la Métropole que les candidats doivent battre campagne.

Le maire de Lyon, Gérard Collomb, présentait mercredi 22 janvier ses voeux à la presse. L'occasion pour lui de rappeler sa candidature à la présidence de la Métropole, et non à la ville, qui est le champ de bataille de son poulain Yann Cucherat.

Faisant un rapide tour d'horizon en forme de bilan, il a écarté les arguments de revirement écologistes soudain ou « verdissement » de son discours, insistant sur le travail accompli depuis trois mandats, comme le développement des pistes cyclables et l'invention » de Velo'V, la piétonnisation des berges du Rhône et de la Saône, les voitures électriques Blue Ly...Cependant le maire, et ancien président de la Métropole jusqu'à son entrée au ministère de l'Intérieur (17 mai 2017 – 3 octobre 2018) défend sa politique industrielle pour la Métropole, mettant en avant la Vallée de la chimie, l'implantation de nombreuses entreprises... Gérard Collomb prône une nouvelle alliance de l'économie et de l'écologie, une adresse à un électorat bien précis ?

On voit bien que l'enjeu de la ville centre face à la Métropole est unique, et n'est pas le même que pour les autres communes. Toute proportion mise à part, on peut le comparer au poids de la ville de Paris, ou de l'Ile-de -France, face au pouvoir national.

Le maire sortant n'a sûrement pas tort de dire que les « métropoles sont le problème et la solution », mais qui apportera la meilleure solution ? Les fortes intentions de vote pour les écologistes sont là pour rappeler que les métropoles étouffent, mais paradoxalement par le développement industriel et de la recherche, les technologies propres émergent de cet immense laboratoire qu'est devenue la métropole de Lyon.

Lyon, combien de divisions ?

Pour paraphraser un mot de Staline (!) : « Le Pape, combien de divisions ? » Et Lyon ? Combien de divisions ?… Pour peser dans la deuxième métropole de France, la première par le nombre de compétences. Le « Grand Lyon » c'est 150 sièges à pourvoir ! Lyon, c'est un peu plus d'un tiers, avec 55 sièges disponibles. On rappelle que l'électeur va voter potentiellement les 15 et 22 mars pour quatre scrutins : deux tours pour son maire, deux tours pour la présidence de la métropole. La date limite des candidatures (municipales) est fixée au 27 février à 18h en préfecture, le 18 à 18h (pour les métropolitaines).

La répartition des sièges par arrondissement est la suivante : Lyon-Ouest : 5e et 9e arrondissements de Lyon : 11 sièges-Lyon-Sud : 7e arrondissement de Lyon : 8 sièges-Lyon-Centre : 1er, 2e et 4e arrondissements de Lyon : 11 sièges-Lyon-Est : 3e arrondissement de Lyon, partie à l'est de la ligne de chemin de fer Paris-Lyon : 7 sièges-Lyon-Nord : 6e arrondissement de Lyon : 3e arrondissement de Lyon, partie à l'ouest de la ligne de chemin de fer Paris-Lyon : 9 sièges-Lyon-Sud-Est : 8e arrondissement : 9 sièges.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?