AccueilSpectacle vivantViens, je t'emmène... voir " Résiste "

Viens, je t'emmène... voir " Résiste "

Recyclant les tubes de Michel Berger dans un décor n'ayant rien à envier aux superproductions de Broadway, la comédie musicale de France Gall déborde d'énergie et de spontanéité.
Viens, je t'emmène... voir
© Boby

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Si maman si, Les Princes des villes, Musique… Enfants des années 70 et 80, nous avons tous un jour fredonné ces airs inscrits au panthéon de la variété française. À commencer par le metteur en scène Ladislas Chollat, choisi par France Gall pour orchestrer Résiste. « J’ai 40 ans, je fais donc partie de la génération Berger / Gall, explique ce Stéphanois d’origine. Je tenais à transmettre ce répertoire aux jeunes avec un message : ose t’affirmer, ose devenir toi-même ». Auréolé en 2014 d’un Molière du meilleur spectacle privé pour Le Père, Chollat change radicalement de registre et aborde ce nouveau challenge en s’inspirant des comédies musicales américaines. En résulte un plateau tout feu tout flamme, où les chansons iconiques le dispute aux chorégraphies de Marion Motin, auteure des singuliers pas de danse de Stromae et Christine And The Queens.

Qui pourra sauver le Lola’s club, cette boîte de nuit tenue par un père et ses deux filles et menacée de faillite ? Mandoline ? Angelina Dumas ? À moins qu’il ne s’agisse de ce pianiste qui joue debout, accompagné de son éternelle groupie lui susurrant quelques mots d’amour ? Au total, ils sont 27 à évoluer sur scène. Novices pour la plupart, tous s’en donnent à cœur joie dans ce joyeux medley bourré de références, avec une mention spéciale pour le jeune Gwendal Marimoutou (Tennessee), irrésistible en amoureux gauche et transi. Quant à France Gall, qui fuit les projos depuis 1996, elle fait le lien entre les différents actes aux moyens de saynètes filmées. « J’ai voulu un spectacle qui soit intemporel. Un mélange entre les années 70 et l’époque actuelle », explique Ladislas Chollat. Pari gagné : la comédie musicale ayant séduit plus de 350 000 spectateurs, l’éternelle épouse de Michel Berger plancherait déjà sur un Résiste 2.

Halle Tony Garnier, les 16 et 17 septembre

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?