Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Galerie Michel Estades à Lyon / Théo Tobiasse et Sacha Sosno

le - - Exposition

Galerie Michel Estades à Lyon / Théo Tobiasse et Sacha Sosno
DR - Tobiasse, Venise théâtre d'ombres et du palais, gouache sur papier, 50 x 69 cm.jpg

Le peintre et le sculpteur sont honorés ensemble actuellement à la galerie Michel Estades de Lyon. Deux créateurs, deux techniques, deux styles, deux approches de la réalité, mais un même lieu de vie et de travail : Nice. Deux démarches différentes aussi car Tobiasse peint en occupant toute la surface de sa toile tandis que Sosno sculpte en réservant une ouverture pour laisser voir au travers. Le face à face des œuvres met en place un dialogue étonnant dans leur opposition ou leur complément.

Théo Tobiasse (1927-2012) est né en Israël dans une famille de confession juive venue de Lituanie. Les difficultés matérielles l'obligent à y retourner puis à s'installer à Paris en 1931, le père ayant trouvé du travail. Sa famille est décimée par les nazis. Tobiasse ne se remettra jamais de ces moments terribles dont les souvenirs restent présents dans ses oeuvres. Après avoir découvert très tôt la peinture à Paris, il décide de s'installer en 1950 dans le Midi de la France, à Nice puis à Saint-Paul-de-Vence.

Il raconte dans ses peintures son histoire personnelle en illustrant le thème de l'exode, de sa famille et du peuple juif, des trains symbolisant les convois conduisant les juifs vers les camps, des bateaux. Ses scènes religieuses évoquent sa mère perdue trop tôt. Sa palette est sombre dans des tonalités sourdes qui s'éclaircissent avec les années. Elle privilégie alors les ocres, les tons cuivrés et les rouges éclatants. Ses personnages stylisés et cernés d'un trait sombre sont étonnamment vivants ; on pense à Chagall et à l'Ecole de Paris.

Ses fonds saturés sont très travaillés et sa pâte est épaisse lorsqu'elle est à l'huile et plus plate lorsqu'il peint à partir de 1986 à l'acrylique, après ses voyages à Venise, New-York et Jérusalem, ses villes de prédilection. Tobiasse a aussi dessiné, sculpté, réalisé de magnifiques lithographies aux multiples couleurs, des vitraux et des poteries, des gravures et des œuvres monumentales (les deux panneaux pour l'entrée du Palais des congrès à Nice-1987)

Un artiste attachant reconnu internationalement, qui a su exprimer et communiquer ses émotions intenses dans ses tableaux porteurs de messages.

Sacha Sosno (1937-2013) a été l'un des membres influents de l'Ecole de Nice qui a vu se croiser plusieurs mouvements artistiques dont le Nouveau Réalisme. Son but était de défendre une certaine indépendance face à l'académisme. Né à Marseille d'un père d'origine d'Estonie et d'une mère niçoise, il grandit en Estonie et à Nice où il rencontre Henri Matisse en 1948. L'émotion qu'il ressent devant sa peinture est si forte qu'il décide de commencer à dessiner et à peindre.

Il part ensuite à Paris en 1956 où il côtoie Yves Klein et sa monochromie, Arman, César, Ben, Raysse et Claude Pascal, puis revient s'installer à Nice en 1961. Après s'être tourné vers les médias pendant quelques années, il réalise ses premières photographies «oblitérées », un concept qui devient son mode d'expression : « cacher pour mieux voir ». Il l'applique à la sculpture et à l'architecture dont il se rapproche pour réaliser des oeuvres monumentales : La Tête carrée : une sculpture de 28 mètres de hauteur qui abrite les bureaux de la Bibliothèque centrale de Nice.

C'est la première sculpture habitée au monde ! S'appuyant sur l'imagerie collective il décrit l'être humain dans sa symbolique : L'homme qui marche (un clin d'œil à Giacometti)- Conversation 2013 – La vénus dans le vide, un bronze à la patine bleue magnifique – Bon Guetteur… autant d'œuvres qui font de Sosno un très grand sculpteur, mais aussi un artiste au parcours éclectique qui a réalisé des vidéos, des performances et des peintures sur toile photographique. Reconnu et exposé dans le monde entier, il a laissé une œuvre magnifique qui marque le monde de l'art.

Sosno, Tête carrée, bronze lucido, 118 x 75 x 63 cm.jpg

Jusqu'au 19 mai. Galerie Michel Estades, 61 quai Saint-Vincent , Lyon 1.




Brigitte ROUSSEY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide