AccueilSociétéVie juridique - Une prime de discorde

Vie juridique - Une prime de discorde

En cette période de cadeaux et de distribution de bons points et de chocolats, on pouvait penser que l’instauration par le gouvernement, lors de la loi de financement rectificative de la sécurité sociale de juillet 2011, d’une prime de partage des profits par certaines (grandes) sociétés était plutôt une bonne, voire excellente idée.

ActualitéSociété Publié le ,

Même si cette idée, considérée à l’origine comme géniale par ses concepteurs, a germé dans la précipitation et on peut l’affirmer tout de même avec une arrière pensée politique. Que nenni ! Cette prime, qui devait, d’après Bercy, concerner environ 4 millions de salariés pour un montant unitaire d’environ 700 euros, est aujourd’hui une vraie pomme de discorde. De grands groupes ont proposé à leurs salariés des primes de l’ordre de 50 à 550 euros, certains prévoyant que cette rémunération viendrait en… déduction de l’intéressement. Opération blanche donc pour les soi-disant bénéficiaires. Un tour de passe-passe qui a le don, et on peut le comprendre, d’énerver ceux qui devaient en profiter et qui en même temps apprennent que les patrons du CAC 40 ont vu leurs salaires progresser de 21 % l’an passé. Mais au fait, qui s’intéresse vraiment à la progression des salaires de ceux qui sont tout au bas de l’échelle ? La paix sociale est un enjeu avec lequel on ne doit pas plaisanter.

Pierre Vezon

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?