AccueilSociétéVie Juridique - Le paradoxe européen

Vie Juridique - Le paradoxe européen

Voilà des lustres que la concurrence fait rage entre les deux cultures : droit anglosaxon d’un côté et droit latin, de l’autre.

ActualitéSociété Publié le ,

De congrès en colloques, les différents responsables français, avocats et notaires notamment, fustigent les avancées du droit venu d’outre-manche et les pratiques anglo-saxonnes, somme toute très éloignées de celles utilisées en France. Rien de bien nouveau a priori dans ce domaine.
Par contre et on a pu encore en juger lors du récent congrès national des notaires de France à Cannes, il semble exister un vrai paradoxe qui s’est accentué depuis la concrétisation de l’Union européenne. La progression des thèses libérales, voire dans certains domaines ultra libérales ; la propension de Bruxelles à ouvrir au maximum la concurrence avec par exemple les attaques dont font l’objet les professions réglementées : cela semble en fait plutôt favoriser les thèses anglosaxonnes.
On peut en tous les cas se poser la question.
Curieux tout de même quand on constate que de nombreux pays en Europe de l’Est mais aussi en Extrême-Orient, en Chine par exemple, au Cambodge ou au Vietnam mais également en Afrique, réclament à corps et à cri l’application des règles juridiques européennes, françaises en particulier. Il suffit de voir le succès remporté par le centre sino-français de formation et d’échanges notariaux et juridiques de Shanghai, que préside un notaire de Grenoble, Maître Michiel Van Seggelen. Comprenne qui pourra.

Pierre Vezon

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?