AccueilSociétéVie juridique - Le couvercle de la marmite

Vie juridique - Le couvercle de la marmite

Au 1er janvier 2012, la profession d’avoué aura définitivement vécu.

ActualitéSociété Publié le ,

Contrairement à ce que l’on entend ça et là, notamment dans le dernier discours du garde des Sceaux Michel Mercier lors de la rentrée du barreau de Paris tout récemment, il n’y a pas eu fusion avec la profession d’avocat. Ce sont tout simplement les avocats qui désormais représenteront les justiciables en première instance et donc également en appel, la profession d’avoué ayant été supprimée. Au-delà du fait de savoir si cette réforme est positive ou pas – elle a été faite pour a priori simplifi er les choses et notamment réduire les délais et les coûts –, on peut constater que la communication autour de cet événement, passé totalement inaperçu auprès du grand public et un peu moins tout de même dans le monde judiciaire, n’a pas été bien importante si ce n’est dans les gazettes spécialisées. A la limite pourquoi pas. A l’échelle de la planète, le phénomène ne vaut sans doute pas qu’on s’y arrête. Mais a-t-on réellement mesuré les effets collatéraux d’une telle décision ? Les emplois perdus surtout car tous les collaborateurs des cabinets d’avoués n’ont hélas pas retrouvé d’emploi même dans les cabinets d’avocats. Certes, il faut faire des économies, réduire les coûts et les délais dans un monde qui marche le pied au plancher. Mais pourra-t-on continuer ainsi encore longtemps à avancer à marche forcée en laissant de côté de plus en plus l’aspect humain, sans mesurer suffisamment le risque de voir un jour le couvercle de la marmite exploser pour de bon ?

Pierre Vezon

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?