AccueilCultureEnchèresVente aux enchères à Lyon : un véhicule rare à l'Hôtel d'Ainay

Vente aux enchères à Lyon : un véhicule rare à l'Hôtel d'Ainay

Au programme chez Conan et Belleville, une voiture de 1923 mais aussi des émaux limousins, du mobilier classique et de la peinture ancienne et moderne.
Cognet de Seynes Type B de 1923 estimée 60 000 à 80 000 €
© DR - Cognet de Seynes Type B de 1923 estimée 60 000 à 80 000 €

CultureEnchères Publié le ,

La petite voiture de qualité.... Tel était le slogan, de la Maison Cognet de Seynes pour décrire au mieux ce modèle de type B construit en 1923. Dotée d'un moteur 6 CV essence et d'une boîte à 3 vitesses + marche arrière, ce modèle issu des talents conjugués d'Edouard de Seynes et de Victor Cognet est tout simplement une rareté dans le monde très secret des collectionneurs d'automobiles puisqu'on connait, à ce jour, bien peu d'exemplaires de cette production lyonnaise.

Numéro 1 de la série, ce véhicule exceptionnel a été parfaitement restauré entre 1994 et 2009. Dans un état remarquable aussi bien en matière de mécanique que de sellerie et de carrosserie, il est estimé entre 60 000 et 80 000 € et devrait facilement trouver un nouveau propriétaire.

Emaux et mobiliers

Dans la même vente du 22 janvier, toute autre spécialité avec notamment ces émaux limousins à travers cette belle plaque de côté de chasse en cuivre ciselé et doré ornés d'émaux champlevés et d'un Christ en Majesté. Datant de la fin du XIIe voire du début du XIIIe siècle, cette plaque en émaux de Limoges est attendue entre 3 000 et 4 000 €.

Précédemment, un superbe service à thé de Russie devrait lui aussi susciter quelques belles enchères. En vermeil et émaux polychromes à décor de branchages fleuris, il est estimé 2 500 à 3 000 €.

Mobilier enfin dont cette grande console en bois sculpté et redoré dans une ébénisterie du XVIIIe de la vallée du Rhône estimée entre 2 000 et 3 000 € malgré des accidents et des restaurations ou encore cette grande encoignure en noyer mouluré, patiné et noirci, travail grenoblois du XVIIIe siècle estimé, quant à lui, entre 2 500 et 3 000 €.

Pillement, Olive et Truphémus

Place le 25 aux tableaux anciens et modernes. Jean-Baptiste Pillement (1728-1806) occupe le haut du catalogue avec ce Paysage au pont sur la rivière..., une huile sur toile, peut-être datée de 1787, pour laquelle on attend 8 000 à 12 000 €.

Suivent Jean-Baptiste Olive (1848-1936) avec ces Bateaux à marée basse en Normandie, une huile sur toile vers 1878 estimée 6 000 à 8 000 €, François-Auguste Ravier (1814-1895) pour ce classique Coucher de soleil sur l'étang, huile sur panneau estimée 1 500 à 2 000 € mais aussi Jacques Truphémus (1922-2017) avec ces Bateaux de pêche à quai, une huile sur toile signée et contresignée par ce grand peintre lyonnais pour laquelle il faudra engager 4 000 à 6 000 € ainsi que Georgette Agutte ( 1867-1922 ) pour cette Vue de Vétheuil vers 1908, un huile sur toile estimée 3 000 à 5 000 €.

Et enfin pour les amateurs du genre, à noter Claudine au corset rouge, à la lecture, 1970 et Jeune Bretonne dans l'atelier Dyf, à Arzon, 1975, deux huiles sur toile par Marcel Dyf (1899-1985) estimées 2 000 à 3 000 € chacune.

Conan et Belleville, Hôtel d'Ainay, samedi 22 et mardi 25 janvier, 14h30
Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?