AccueilExpositionVan Gogh sous les étoiles, à Paris

Van Gogh sous les étoiles, à Paris

CultureExposition Publié le ,

Dès l'entrée dans le hall immense de l'ancienne usine parisienne, nous sommes frappés par la richesse chromatique des peintures aux couleurs vives et puissantes et nous découvrons avec intérêt la force du geste du peintre, la puissance de sa touche et de ses empâtements.

La magie opère très vite devant les tableaux qui défilent devant nos yeux émerveillés tout en écoutant une bande-son particulièrement bien adaptée aux œuvres projetées.

Nous pénétrons dans l'univers et le monde intérieur de van Gogh, un monde chaotique qui oscille entre ombre et lumière, entre la vie et le désespoir.

Le périple musical et sonore commence sous la lumière provençale si chère à l'artiste, et suit les étapes essentielles de sa vie depuis ses débuts jusqu'à sa maturité, de ses paysages sombres ou ensoleillés à ses portraits et à ses natures mortes.

La première peinture projetée est le magnifique Semeur au soleil couchant , suivi par quelques œuvres de jeunesse, des paysages du Nord aux tonalités grises et austères. Puis des scènes de genre et des intérieurs de maisons : Mangeurs de pommes de terre, 1885.

La nature éblouit avec Les Tournesols , une série de sept tableaux peints en 1888 lorsque Van Gogh séjournait à Arles. Les éclatants Amandiers en fleurs 1890 envahissent l'ensemble des murs et du plafond de la salle, ainsi que Les Cyprès et les Oliviers qui chantent le soleil du Midi.

Puis se sont les œuvres peintes à Paris, des scènes urbaines comme des scènes plus champêtres d'Asnières et de Montmartre (Le Moulin de la Galette). En 1888 Van- Gogh part s'installer à Arles dans sa « Maison jaune ».

Le jaune, le vert et le bleu de Prusse claquent alors dans plusieurs de ses tableaux qui traduisent l'emprise de la lumière dans sa peinture : Des terrasses de café le jour ou la nuit (Terrasse du café le soir, place du Forum » 1888), sa maison, sa chambre…

L'on ressent souvent devant certains paysages une impression à la fois sublime et menaçante (La Nuit étoilée 1899). Puis peu à peu les portraits de ses familiers surgissent de l'ombre : son frère Théo, le docteur Paul Gachet…

Les autoportraits aux couleurs violentes montrent Van Gogh scrutant les spectateurs d'un regard inquisiteur et tourmenté. La matière est épaisse et les touches tourbillonnent en nous entraînant dans une ronde folle de couleurs pures et contrastées qui irradient une chaleur presque solaire !

L'exposition se termine sur une note d'optimisme avec la floraison des amandiers aux pétales sous le vent, symbolisant le renouveau continuel de l'art. La salle est maintenant plongée dans un bain éblouissant de fleurs blanches se détachant sur un fond bleu azur.

Une présentation remarquable qui permet aux visiteurs venus nombreux de découvrir une partie de l'œuvre de Van Goh tout en appréciant la magie poétique diffusée par les œuvres.

Jusqu'au 31 Décembre 2019-Atelier des lumières

©Vidéo Atelier des Lumières

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?