AccueilSociétéUrbanisme - « La vie « La vie grande ouverte » prend corps

Urbanisme - « La vie « La vie grande ouverte » prend corps

A la rentrée 2015, ils seront quelque 5 000 étudiants de l’Université catholique de Lyon (UCLy) à prendre possession d’une ancienne prison du XIXe siècle reconvertie en une université du XXIe siècle.

ActualitéSociété Publié le ,

Plus de la moitié des bâtiments carcéraux de Saint-Paul, organisés selon un plan panoptique voulu par l’architecte Antoine Louvier, seront conservés. La rotonde centrale, dominée par la chapelle qui retrouvera sa vocation initiale, constituera le coeur du campus, lieu d’accueil général, point de passage obligé avec ses escaliers monumentaux rayonnants desservant les différentes entités d’enseignement. Autre élément majeur : une rue intérieure vitrée traversant l’îlot.
Après plus de deux ans de travaux (du troisième trimestre 2012 à fi n 2014), en septembre 2015, l’UCly effectuera donc sa rentrée sur le « campus Perrache » (le nom définitif n’est pas encore choisi) scindé en deux sites éloignés de 600 mètres : Carnot (ouvert en 2005) et Saint-Paul. Ce dernier concentrera le pôle droit, sciences économiques et sociales, le pôle sciences, le département formation continue de l’école d’ingénieurs CPE Lyon, la bibliothèque universitaire et plusieurs services centraux.
Cette opération s’inscrit dans un projet plus vaste : « La vie grande ouverte » – porté, outre l’UCLy, par Sofade, Ogic, Habitat et Humanisme, l’Opac du Rhône, Pôles Développement et quatre architectes –, englobant la reconversion de la prison Saint-Joseph (au plan en peigne imaginé par Louis-Pierre Baltard), voisine de Saint-Paul. L’îlot Saint-Joseph va devenir un espace multifonctionnel : 131 logements intergénérationnels dont 25 destinés à des personnes « fragilisées » ; 105 logements en accession ; 66 logements sociaux locatifs, 3 immeubles de bureaux, 4 à 8 commerces de proximité, des restaurants ; les bureaux de la Fondation Habitat et Humanisme - Institut de France ; un
Institut d’entrepreneuriat social. L’investissement total est de l’ordre de 150 M€ dont 65 M€ à la charge de l’Université catholique. Celle-ci devrait pouvoir compter sur 25 M€ issus de la vente des bâtiments historiques du site Bellecour auxquels il faut ajouter un emprunt de 20 M€ et le produit de la vente de quatre autres immeubles, d’une partie de la campagne de mécénat, voire d’éventuelles subventions.

F.R

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?