AccueilActualitéUNPI 69 : les vœux offensifs de Victor-John Vial-Voiron

UNPI 69 : les vœux offensifs de Victor-John Vial-Voiron

Lors de la cérémonie des vœux, Victor-John Vial-Voiron, président de l'UNPI 69, a tenu à valoriser les propriétaires, asphyxiés par les impôts et les taxes.
UNPI 69 : les vœux offensifs de Victor-John Vial-Voiron
L.O.

Actualité Publié le ,

Débutant l'ultime année de sa mandature, Victor-John Vial-Voiron, président de l'UNPI 69, a prononcé son dernier discours de vœux. Le dernier mais pas le moins offensif, le personnage étant réputé pour son franc-parler. Il a dressé un rapide bilan de l'année 2018, « pleine de rebondissements », saluant les « 60 % de Français propriétaires, qui ne font pas partie de la horde des casseurs et qui demeurent peu entendus. Certains rencontrent pourtant des difficultés, à payer les charges notamment. Et que dire des petits commerçants ou des modestes industriels qui ne parviennent pas à financer l'achat de leurs locaux. Pourtant, quand il s'agit de payer les impôts et les taxes, on sait où les trouver ». Fustigeant cette fiscalité qui asphyxie ceux qui font aussi l'économie du quotidien, Victor-John Vial-Voiron a salué quelques avancées, comme l'élargissement de la loi Duflot-Pinel à l'ancien ou le changement de position vis-à-vis des squatteurs, qui peuvent désormais être expulsés y compris en période hivernale.

S'adressant à un parterre d'adhérents (4 000 pour l'UNPI 69), il a regretté que « l'immobilier soit considéré comme une vache à lait, résultat de 50 années de gouvernance ». Et d'interpeller les élus présents : « Il serait préférable de s'attaquer aux marchands de sommeil, ceux qui ne font pas de travaux dans les immeubles, et laisser tranquilles les petits propriétaires, faiseurs de bien vivre. Une réflexion doit être menée pour revaloriser la mixité sociale et développer la mixité d'activité en pied d'immeuble ». Lui emboîtant le pas, Michel Le Faou, vice-président de la métropole de Lyon en charge de l'urbanisme, a salué ces propriétaires, « acteurs de la cité. Nous sommes souvent en phase avec l'UNPI, comme en atteste le dossier de l'encadrement des loyers. On a vu que ce n'était pas nécessaire. Le marché reste sain et raisonnable. On peut réguler sans être dans la contrainte ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?