AccueilCultureSpectacle vivantUne Voix humaine très actuelle et très belle de Roland Auzet

Une Voix humaine très actuelle et très belle de Roland Auzet

Après La voix humaine de Schiaretti, en version anecdotique et surannée, voici celle de Roland Auzet, nettement plus enlevée et actuelle. C'est à voir à l'ENSATT mais ce sont les Célestins qui programment.
Une Voix humaine très actuelle et très belle de Roland Auzet
Christophe Raynaud de Lage - Irène Jacob dans VhX La voix Humaine, mise en scène de Roland Auzet

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Rebaptisée VxH La Voix humaine, parce que le texte de Cocteau se tisse avec des extraits d'un poème de Falk Richter, elle met en scène Irène Jacob dans une « cage » en plexiglas suspendue.

Le dispositif scénique est ici tout particulier puisque les spectateurs et spectatrices sont allongés sur le sol en-dessous de la comédienne, ou bien assis et peuvent se déplacer (ce que personne n'ose entreprendre) pour changer de point de vue.

Elle, au dessus, marche, s'assoit, se couche, se roule sur le sol transparent, imprimant la marque de ses empreintes sur ce support lisse, montrant crûment son désespoir de femme abandonnée.

Brutal mais pas ostentatoire, le jeu de la comédienne est tout en inflexions de voix délicates et justes pour marquer à la fois la tristesse de la rupture et la solitude intrinsèque de l'être humain dans une ère d'«ultra-connexion ».

C'est le talent de Roland Auzet que de rendre à ce texte son actualité et sa profondeur, notamment grâce à la poésie de Richter mais aussi par le traitement de la voix et sa spatialisation très singulière. Musicien de formation, Roland Auzet a travaillé avec Daniel Guaschino, un informaticien-musicien de l'IRCAM sur le traitement des sons et leur mise en espace, signant la bande-son du spectacle.

Ainsi le public est littéralement immergé dans le son, qui se déplace, et comme suspendu à la voix de Irène Jacob. Une voix qui change en fonction de la posture de l'actrice, guidée par la chorégraphe Joelle Bouvier, et qui révèle les failles et les douleurs de cette femme délaissée par son homme et lâchée par une technique s'évertuant à l'empêcher de communiquer.

Alors que la pièce date de 1930, Roland Auzet lui donne un nouveau souffle et lui insuffle un grand vent de modernité. Un spectacle pas comme les autres, soutenu par une actrice formidable, à voir assurément !

ENSATT, Théâtre Laurent Terzieff, jusqu'au 22 novembre, www.theatredescelestins.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?