AccueilEconomieLa Start-up qui change votre quotidienUne start-up lyonnaise invente un "super-masque" contre le Covid

Une start-up lyonnaise invente un "super-masque" contre le Covid

La start-up lyonnaise Airxôm produira dès cette année un masque qui revendique un degré de protection inégalé en matière de lutte contre les virus et la pollution, à commencer par le Covid.
Le masque Airxôm a été présenté lors de l'édition 2022 du CES de Las Vegas
Photo DR - Le masque Airxôm a été présenté lors de l'édition 2022 du CES de Las Vegas

EconomieLa Start-up qui change votre quotidien Publié le ,

Présenté Las Vegas, à l’occasion de l’édition 2022 du CES, le masque de protection imaginé par la start-up lyonnaise Airxôm a enthousiasmé les investisseurs. Développé depuis 2019 en partenariat avec l’INSA de Lyon, ce masque est disponible en précommande depuis le 30 janvier. Les premiers exemplaires devraient être mis en vente en pharmacie et en ligne dans les prochaines semaines.

D’ici-là, Vincent Gaston et Franck Glaizal, les co-fondateurs de l’entreprise, s’appliqueront à boucler une levée de fonds de 5 M€, qui leur permettra de construire une unité de production dédiée. Ce futur site industriel, qui rassemblera quelque 150 collaborateurs, pourrait voir le jour à Vaulx-en-Velin et devrait sortir de terre d’ici fin 2023.

Efficace contre le Covid et contre la pollution atmosphérique

Fruit de deux années de recherche, le masque Airxôm "est capable de filtrer et détruire les micro et nanoparticules, expliquent ses inventeurs. Il apporte une protection totale contre les virus, à commencer par le Covid-19 et ses multiples variants, mais également contre les bactéries et les composés organiques volatiles."

Outil de lutte qui se veut aussi efficace contre les maladies liées à la pollution atmosphérique que contre le développement des épidémies, le masque conçu par la start-up lyonnaise propose plusieurs niveaux de protection.

"Airxôm est composé de deux filtres : le premier neutralise les virus et les bactéries, tandis que le second détruit les particules résiduelles polluantes en émettant des rayons UVA sur un catalyseur", explique Trong Dai Nguyen, ingénieur INSA, qui a rejoint l’aventure en 2020.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?