AccueilSpectacle vivantThéâtre / Célestins, une saison 19-20 sous le signe de la création

Théâtre / Célestins, une saison 19-20 sous le signe de la création

Claudia Stavisky et son nouveau co-directeur Pierre-Yves Lenoir ont dévoilé la semaine dernière le programme de la prochaine saison du théâtre des Célestins. Une saison plus aventureuse qui s'intéresse toujours davantage à la création et qui devrait séduire un public curieux et avide de découvertes.
Théâtre / Célestins, une saison 19-20 sous le signe de la création

CultureSpectacle vivant Publié le ,

En effet, elle propose pas moins de 8 créations, dont 5 de compagnies d'ici et 14 coproductions dont quelques unes tout à fait alléchantes comme La Mouche, une adaptation de Valérie Lesort et Christian Hecq de la nouvelle de Georges Langelaan qui a inspiré le film éponyme de David Cronenberg.

Ou le dernier spectacle de Pascal Rambert qui sera créé cet été dans la cour d'honneur en Avignon et réunit une distribution proprement ahurissante : Emmanuelle Béart, Audrey Bonnet, Marie-Sophie Ferdane, Marina Hands...

Au rayon créations on retrouvera la dernière production de Thierry Jolivet et sa Meute, artiste associé pour trois ans aux Célestins, la création maison de Claudia Stavisky qui met en scène La vie de Galilée de Brecht et le nouveau spectacle de Raphaël Defour autour de la figure de la sorcière (très tendance en ce moment).

Si le théâtre des Célestins s'est désengagé du festival Utopistes (qui prend ses nouveaux quartiers à la Maison de la danse) il reste un partenaire privilégié du festival Sens interdits, dédié au théâtre engagé international puisqu'il accueillera 5 spectacles dont, évidemment la dernière création de Tatiana Frolova et son théâtre KNAM, devenue au fil des éditions, la mascotte du festival monté par Patrick Penot et peut-être même aussi son talisman.

Pour la première fois, la metteuse en scène russe montera à l'assaut de la grande salle avec Ma petite Antarctique, une pièce documentaire autour de la glace à partir du conte d'Andersen, La Reine des Neiges. Au rayon grosses pointures, on n'oubliera pas de signaler la venue de Isabelle Huppert en Marie Stuart sous le regard de Robert Wilson ou le retour de Thomas Ostermeier avec un Retour à Reims éminemment politique et on ne manquera d'aller jeter un œil sur les Convulsions de Frédéric Fisbach, un Thyeste revisité par l'auteur guinéen Hakim Bah.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?