AccueilCollectivitésUne nouvelle ligne de métro à horizon 2030

Une nouvelle ligne de métro à horizon 2030

La ligne E devrait relier la Presqu'île à Tassin-la-Demi-Lune via le 5e arrondissement. Un tracé de 6 à 7 kilomètres pour un coût proche du milliard d'euros.
Une nouvelle ligne de métro à horizon 2030
DR - Au départ de Bellecour ou Hôtel de Ville, la ligne transitera par Point du Jour à destination d'Alaï à Tassin.

Collectivités Publié le ,

L'étude d'opportunité et de faisabilité d'une nouvelle ligne de métro entre le centre-ville de Lyon et Alaï à Tassin vient de livrer ses conclusions. Douze scenarii ont été élaborés, deux options restent en lice après une analyse basée sur l'attractivité, la cohérence avec le développement urbain, les prévisions de fréquentation, l'évolutivité, les risques, les coûts et les délais. Dans les deux cas, il s'agit de la création d'une ligne nouvelle, au départ de Bellecour pour la première option, au départ d'Hôtel de Ville pour la seconde.

Le tracé Bellecour-Alaï, long de 6 km avec 5 stations, comme le tracé Hôtel de Ville-Alaï, long de 6,6 km avec 6 stations, desservirait le Point du Jour. En revanche, les hypothèses de positionnement des stations entre Trion et Saint Irénée d'une part et entre Constellation, Libération et Ménival d'autre part, restent à approfondir. « Les contraintes techniques sont plus fortes sur le tracé Hôtel de Ville, mais il permettrait la desserte de Saint-Paul », met en balance Nicolas Mallot, directeur général adjoint du Sytral. Les études vont se poursuivre et la commission nationale du débat public va être saisie avec l'ambition de mettre en service cette ligne E en 2030. « Avec un coût de 150 M€ du kilomètre, ce projet devra être financé sur deux mandats », souligne Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral.

Les projections de trafic tablent sur 60 000 voyages/jour pour cette nouvelle ligne qui desservira un secteur marqué par des niveaux de congestion automobile élevés. La présidente du Sytral reconnaît d'ailleurs que la performance, très contrainte par le réseau viaire, n'est pas satisfaisante. « La ligne E participe à la création d'un pôle d'échange multimodal connecté au futur diffuseur de l'Anneau des Sciences et au tram-train de l'Ouest lyonnais », ajoute Fouziya Bouzerda. Pour David Kimelfeld, « les enjeux de ce projet dépassent donc les frontières de la métropole et concernent les habitants de Brignais ou Lozanne par exemple qui viennent travailler à Lyon ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?