Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Une Meute pas si enragée, à découvrir au TNP

le - - Spectacle vivant

Une Meute pas si enragée, à découvrir au TNP
Michel Cavalca - Meute, mise en scène de Julie Guichard

Les hasards du calendrier font que cette semaine, la prison est un thème central du spectacle vivant dans l'agglomération. Après l'opéra de Janacek, De la maison des morts, mis en scène par Krzysztof Warlikowski à l'Opéra de Lyon (voir critique), voici que la jeune metteure en scène Julie Guichard s'empare d'un texte également consacré au sujet, en ce moment même au TNP.

Un texte écrit par une jeune autrice, Perrine Gérard, que la metteure en scène avait déjà monté la saison dernière avec la pièce, Nos cortèges, dans la même salle Jean Bouise.

Les deux forment le tandem central de la compagnie Le Grand nulle part, fondée en 2015 par Julie Guichard qui s'applique à « parler du monde dans sa matière brute, voire brutale mais aussi dans sa profonde légèreté ludique, en s'interdisant toute forme de commentaire, dans un rapport de complicité avec le public ».

Ainsi s'établit un va-et-vient sans cesse renouvelé entre la metteure en scène, l'autrice et les interprètes. Dans Meute, six personnages racontent l'histoire de Damien Lefèvre à sa sortie de prison, après 10 ans de détention, et son retour dans la ville où il a été jugé pour un incendie criminel qui a coûté la vie à deux personnes, dont son meilleur ami.

Quatre comédiens et deux comédiennes incarnent une galerie de personnages pour faire vivre cette ville qui va se transformer en meute, comme le titre de la pièce l'indique.

De Naomie, jeune policière chargée de la réinsertion du jeune homme à Baptiste, érigé en porte-parole des victimes et de leur parentèle, ils brossent un portrait du monde d'aujourd'hui, à la fois réaliste et fantasmé.

La langue est rugueuse et sobre, tout comme la scénographie, transformable, qui permet d'être dans un parloir, une salle de mairie ou encore une morgue. Reste que l'on s'ennuie un peu, que la mise en scène manque de rythme et reste trop sage, malgré le talent des interprètes, certains déjà à l'oeuvre dans Nos cortèges. À suivre, néanmoins !

TNP, jusqu'au 8 février, www.tnp-villeurbanne.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer