AccueilEnchèresEnchères : Une croix d'iconostase chez Ivoire-Lyon

Enchères : Une croix d'iconostase chez Ivoire-Lyon

Enchères : Une croix d'iconostase chez Ivoire-Lyon
DR

CultureEnchères Publié le ,

L'objet est superbe mais aussi empreint d'une grande spiritualité. Pourquoi iconostase, simplement parce que cette belle crucifixion sur bois, peinte sur fond doré et sculpté, était à l'origine au sommet d'une iconostase, soit le mur séparant le chœur de la nef dans une église. Donnée par Ariane de Saint-Marcq, expert lors de cette vente, comme provenant probablement des îles grecques ou des côtes Dalmates, cette croix est datée vers 1700. Dans un style fortement influencé par l'art vénéto-crétois, cette croix porte aux quatre angles le symbole des quatre évangélistes d'après la vision du prophète Ezéchiel. En tempera sur bois et tissu, cette rare symbole religieux est estimé entre 18 000 et 22 000 € malgré quelques usures, restaurations, fentes et repeints.

Dans la même vente du 25, on retient encore deux belles pièces de mobilier à savoir pour commencer une commode mazarine en noyer, loupe de noyer et bois indigènes à décor marqueté de volutes, lambrequins et feuillage fleuri de fleurs de jasmin en plaquette d'ivoire, travail de l'entourage de Thomas Hache, début du XVIIIème siècle, pour lequel on attend 10 000 à 15 000 €. Suit un bonheur du jour en placage de satiné et de palissandre marqueté de bois clairs dans des filets d'encadrement à grecques et décor inspiré de la Chine de vases fleuris et ustensiles, meuble estampillé R.V.L.C (Roger Van der Cruise dit La Croix) d'époque transition Louis XV Louis XVI attendu quant à lui entre 6 000 et 8 000 €.

Côté peintures, on retient enfin une « Vierge à l'enfant », tableau de l'Ecole Italienne du XVIIème siècle d'après la Madone Bridgwater de Raphaël au musée d'Edimbourg, huile sur toile ovale dans un beau cadre en bois doré pour une estimation annoncée entre 3 000 et 5 000 € mais également « Les quatre saisons », suite de gouaches sur papiers marouflés de l'Ecole Française de la fin du XVIIème siècle portant une trace de date (1695) au revers d'un panneau, suite dont l'estimation faite par René Millet, expert, se situe entre 4 000 et 6 000 €.

A peine deux jours plus tard et sous le même marteau seront dispersés des bijoux. Dans les vitrines, on remarque immédiatement cette superbe bague en or gris 750/°° ornée d'un diamant taillé en brillant de 6,10 ct. Dans une monture signée Bourgeois à l'intérieur, ce très beau bijou est estimé 25 000/35 000 €. Ornée cette fois d'une importante émeraude rectangulaire de 21 ct de couleur vert intense, une autre bague en or gris 750/°° devrait facilement atteindre son estimation annoncée entre 12 000 et 15 000 € tout comme cette montre bracelet modèle « Baignoire » de la Maison Cartier en or gris et lunette entièrement pavée de diamants pour laquelle il faudra quand même engager 5 000 à 8 000 €.

Ivoire-Lyon – Samedi 25 mai et lundi 27 mai à 14h30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.ivoire-lyon.com

Lancer le diaporama9 photos

Une médaille des Gardes Françaises à l'Hôtel d'Ainay

Militaria, Asie et numismatique sont au programme de la vente du 16 mai sous le marteau de Maître Cécile Conan-Fillatre. Catalogue donc très varié pour cette vente rassemblant trois spécialités mais on retient d'emblée un ensemble réunissant un brevet et une rare médaille d'or communale des Gardes Françaises, vainqueurs de la prise de la Bastille en 1789. Présenté dans un cadre, ce rare ensemble comprend d'une part la médaille en or donnée à la centaine de gardes appartenant au détachement du 3e Bataillon et à d'autres compagnies mais aussi le rare brevet aux armes de la ville de Paris attribué au récipiendiaire de la médaille. Datant de la Révolution Française, ce rare ensemble est estimé 8 000/12 000 €. Pour ce qui est de l'Asie, l'attention se porte sur une grand vase en porcelaine d'Arita à panse octogonale et décor en bleu sous couverte d'oiseaux, arbustes et fleurs, porcelaine du Japon datant du XVIIIème pour laquelle il faudra engager 500 à 800 € mais aussi sur un grand kakemono finement brodé attendu entre 400 et 600 €.

Numismatique enfin avec un intéressant Shekel An 3 ( Judée-Simon Thassi) estimé 1 500/2 000 € ainsi qu'un Statère en Electrum A (Zeugitanie-Carthage) pour lequel on attend 700 à 1 100 €.

Conan Auction – Hôtel d'Ainay – Jeudi 16 mai à 14h30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.conanauction.fr

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?