AccueilCultureMusiqueUne Belle pimpante à souhait au théâtre de la Croix-Rousse

Une Belle pimpante à souhait au théâtre de la Croix-Rousse

Composé en 1922, l'opéra La Bella addormentata nel bosco (la Belle au bois dormant en français) a été conçu au départ pour le Teatro del Piccoli, un théâtre de marionnettes romain très connu à l'époque, par le compositeur Ottorino Respighi.
Une Belle pimpante à souhait au théâtre de la Croix-Rousse
Blandine Soulages - la Belle au bois dormant

CultureMusique Publié le ,

Jamais joué en France avant 2015, à Strasbourg par l'Opéra national du Rhin dans une mise en scène de Valentina Carrasco (membre de La Fura del Baus), cette Belle au bois dormant revisite le conte de Charles Perrault à sa manière, projetant notamment dans la seconde partie la princesse à son réveil dans un monde futuriste, le prince étant accompagné d'une délégation de milliardaires américains. Assez peu connu du grand public mis à part un fameux diptyque symphonique à la gloire de la ville éternelle, Les fontaines de Rome et Les pins de Rome, le compositeur italien, proche un temps du dictateur Mussolini, s'amuse à singer les grands maîtres de l'opéra.

Sa partition est une sorte de brillant pastiche de l'opéra de la fin du XIXè siècle et du début du XXè siècle qui multiplie les clins d'œil à Wagner, Puccini ou Strauss sans oublier Massenet et Debussy, en faisant ainsi une sorte de jeu de devinettes pour les plus érudits et un guide pour les plus jeunes. La mise en scène de Barbora Horakova ambitionne de « réinventer le récit d'une façon nouvelle, explorant le rêve, la magie, la poésie ».

Partant d'un décor fait de rebuts et de déchets conçu par la scénographe Eva Maria van Acker qui rappelle furieusement le travail du plasticien suisse Thomas Hirschhorn totalement magnifié par les lumières de Michaël Bauer, la mise en scène plutôt inventive et mobile de Barbora Horakova, lauréate du Ring Award 2017 qui récompense les jeunes metteurs en scène, met en valeur à la fois la partition et les chanteurs.

De jeunes solistes franchement convainquants, issu.es du studio de l'Opéra que porte l'orchestre d'une vingtaine de musiciens installés sur la scène côté jardin, sans oublier les jeunes gens de la maîtrise, impeccables voix cristallines.

Théâtre de la Croix-Rousse, jusqu'au 14 février, www.croix-rousse.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?