AccueilSpectacle vivantUne adaptation expressionniste en diable de "Vivre sa vie" par Berling

Une adaptation expressionniste en diable de "Vivre sa vie" par Berling

Charles Berling adapte Godard, et c'est à voir au théâtre Kantor-ENS Lyon, programmé par les Célestins, en collaboration avec la section « arts » du département Lettres et arts de l'ENS.
Une adaptation expressionniste en diable de
Jean-Louis Fernandez - Vivre sa vie, adaptation et mise en scène de Charles Berling

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Vivre sa vie est un film culte pour les cinéphiles, notamment tous les fans d'Anna Karina, ici magnifiée comme jamais par son amant et mentor. C'est aussi un film sur l'impossible émancipation d'une femme, et sur la prostitution, sujet osé pour l'époque, qui vaudra d'ailleurs au film d'être interdit aux moins de 18 ans. Charles Berling, sur les conseils d'une actrice, Pauline Cheviller qui interprète le rôle de Nana, s'est penché sur le film pour « dialoguer avec lui ».

« Ce film remue des choses importantes pour nous aujourd'hui : les différences de conditions entre hommes et femmes, les bas salaires, les professions méprisées, réservées à un genre plutôt qu'à l'autre, la perception de la sexualité féminine, le débat sur la prostitution qui produit des lignes de rupture, des antagonismes très profonds au sein du mouvement féministe parce que la prostitution pose des questions multiples et décisives, sur notre rapport au corps, à l'argent, au sexe, à l'intimité, aux rapports de domination, à l'inconscient. » écrit-il dans sa note d'intention. Ainsi a t-il injecté des images et des textes, des extraits de Virginie Despentes, Grisélidis Réal, Simone Weil, Marguerite Duras, Frank Wedekind, Henrik Ibsen ou encore Bernard-Marie Koltès qu'il connaît pour l'avoir monté auparavant.

En effet, la parole des femmes est devenue audible,Virginie Despentes et Grisélidis réal sont passées par là. Ainsi le destin de Nana peut résonner aujourd'hui, en douze tableaux, comme dans le film de Jean-Luc Godard, mais dans un autre contexte, en gardant le texte initial et lui donnant une nouvelle jeunesse. C'est déjà une qualité !

Théâtre des Célestins hors les murs-Théâtre Kantor (site de l'ENS Lyon), jusqu'au 4 décembre, www.theatredescelestins.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?