Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Enchères / Un tableau De Georges Braque à l'Hôtel d'Ainay

Publié le - - Enchères

Evènement ce samedi 13 juin sous le marteau de Maître Cécile Conan-Fillatre. « Pichet, pipe, tabac. 1928 » , une huile sur toile de Georges Braque est au catalogue de cette première grande vente d'après-confinement pour cette Maison de Ventes.

Si depuis 1919 l'œuvre de Braque est essentiellement composée de natures mortes, 1928 marque la date charnière de son orientation artistique vers le paysage auquel il revient. De l'intérêt donc tout particulier de cette œuvre présentée le 13 puisqu'elle est une des toutes dernières de cette période « héritage du cubisme » pour l'artiste.

Cassant les lignes de perspective classique, cette œuvre fait l'apologie de la simplification des représentations d'objets mais ainsi que le précise Olivier Houg, expert lors de cette vente, « La composition est plus complexe qu'il n'y paraît au premier regard.

A coup de petites notes, Braque préserve la continuité spatiale dans une fusion artistique ». Pas de lumière atmosphérique, juste un éclairage frontal sans effet d'ambiance. Les bruns répondent aux noirs, les blancs aux gris bleutés et ivoire dans une savante magie des couleurs où la transparence s'impose sur des coloris aux accents de terre.

Provenant initialement de la collection Roger Dutilleul puis conservé dans la famille depuis lors, ce tableau, véritable « résumé didactique de l'art de Braque à cette époque », a de nombreuses fois été reproduit aussi bien dans des catalogues d'expositions (Bâle, Lille, Paris,..) que dans des ouvrages consacré à l'œuvre de Georges Braque. De dimensions 27 x 41 cm, cette toile de tout premier ordre est estimée entre 180 000 et 250 000 €. A noter que ce lot requiert des conditions spéciales pour enchérir et qu'il nécessite donc de contacter la Maison de Ventes avant de se lancer.

Egalement au catalogue, on retient « L'attente », une huile sur toile de Claude Bonnefond (1796-1860) estimée 7 000/10 000 € mais aussi « Maternité », une huile sur toile d'Henri Manguin (1874-1949) datée de 1903 pour laquelle il faudra engager 8 000 à 12 000 €.

Hôtel d'Ainay – Samedi 13 juin à 14h30. - Catalogue complet, conditions de présence en salle et horaires d'expositions sur www.conanauction.fr

Claude Dalbanne et les peintres lyonnais chez Artenchères

Ce 17 juin à 14h30 sera dispersé sous le marteau de Maître Agnès Savart l'atelier de Claude Dalbanne (1877-1964) dit Claudus Dalbanne, peintre lyonnais, fondateur du groupe lyonnais les Ziniars inspiré du Dadaïsme, conservateur en son temps du Musée Historique Gadagne de Lyon mais surtout « Gentilhomme de l'art au tournant de la modernité » comme le souligne Bernard Gouttenoire, expert en peinture lyonnaise lors de cette vente.

Près de 300 œuvres de cet artiste sont inscrites au catalogue, œuvres conservées après son décès par son épouse et restées dans la famille depuis lors. C'est carrément un hommage à ce peintre, dessinateur et graveur de talent dont la dernière rétrospective remonte à plus de 40 ans que rend Agnès Savart, commissaire-priseur, et la Maison Artenchères.

Au catalogue, pas d'estimations au dessus de quelques centaines d'euros ce qui rend donc accessible à quasi tous les collectionneurs l'acquisition d'un travail de cet artiste dont de nombreux tableaux sont dans des musées nationaux.

On note par exemple une « Etude pour les trois Parques. Détail Atropos », fusain et rehauts de gouache blanche sur papier bistre, estimé 500/800 € mais aussi « Couple », une aquarelle signée en bas à droite pour laquelle on attend 100 à 200 € ou encore une « Scène d'esprit symboliste, nus et chevaux dans un paysage », lavis d'encre brune estimé 100/150 €.

Dans la même vente consacrée aux peintres lyonnais, à signaler également « Canal et Pont de Sète », une huile sur papier marouflé sur toile de Jean Fusaro datée de 1950 pour laquelle il faudra engager 4 000 à 5 000 €

Artenchères – Mercredi 17 juin à 14h30 - Catalogue complet, conditions de présence en salle et horaires d'expositions sur www.artencheres.fr

Adjugés !

La partition était belle ce 26 mai chez de Baecque & Associés avec un montant total d'adjudications de 58 861 € (hors frais) atteint lors d'une vente consacrée aux instruments de musique. On note, hors frais, les 16 000 € portés sur un violon fait dans l'entourage de Lupot, les 2 500 € réalisés par un violoncelle français du XVIIIe siècle mais aussi les 4 200 € atteints par un hautbois de Triebert.




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer