AccueilCollectivitésUn port au service de l'agglomération

Un port au service de l'agglomération

Un port au service de l'agglomération

Collectivités Publié le ,

Depuis 1938 et sa construction, le port Lyon Edouard Herriot a vu la ville rattraper du terrain jusqu'à s'émanciper autour du site industrialo-portuaire. « Il n'est plus acceptable pour une collectivité de posséder sur son territoire un tel espace qui ne s'intègre pas pleinement dans son déploiement urbain » explique Julien Langendorf, directeur du port de Lyon Edouard Herriot, géré par CNR.

De fait, celle-ci prévoit de nombreux aménagements, en adéquation avec la charte urbanistique et architecturale issue des réflexions entre la métropole et le port sur l'intégration urbaine et paysagère. Dans cette perspective, un travail ténu s'effectue par le biais de la Mission Gerland qui gère l'interface entre le port et la métropole.

Sur la partie nord, l'embellissement des clôtures fait partie des premiers aménagements. Tout comme le futur « quai des énergies », une station d'alimentation, en gaz naturel de ville, en hydrogène et en électricité (horizon 2022) ; qui sera d'abord accessible aux industriels puis au grand public.

« Nous travaillons sur l'environnement autour du port avec l'idée de mieux faire connaître nos activités auprès des entreprises mais aussi auprès des citoyens » précise J. Langendorf.

Une valorisation de leur image qui incite, l'autorité portuaires à communiquer : sur les 90 installations de vidéo-surveillance (24h/24h) présentes sur site, sur la gestion optimisée des espaces verts, sur le suivi des activités à risques (exercices de sécurité fréquents), ou encore sur l'introduction du transport en commun et le covoiturage.

Situé dans un quartier en pleine mutation, notamment avec l'évolution du Biodistrict et le futur passage de l'anneau des Sciences au-dessus et au-dessous du port, celui-ci va aussi se restructurer, précisément avec une requalification de son terminal 1 qui implique de nouvelles voie d'accès routier, au niveau de l'avenue Jean Bouin.

De quoi répondre aussi aux enjeux de proximité avec le centre-ville. « En partant du principe qu'un port n'est légitime que par sa capacité à faire du report modal, nous devons optimiser les flux jusque dans le centre ville en imaginant des livraisons au dernier kilomètre en mode propre ». En ayant déjà mis en place une déchetterie éphémère, via une barge situé sur les quais du Rhône, à disposition de riverain, le port confirme sa fonction de services innovants auprès des usagers de la métropole.

Encadré

Le transport fluvial avant tout

90 % des conteneurs en provenance de Marseille se font via le fleuve, soit 12 millions de tonnes de flux de marchandises. Et les arguments ne manquent pas pour la direction du port qui incite fortement ses clients à préférer le fleuve plutôt que la route. « Nous n'opposons pas les modes de transport mais il y a des marchandises plus légitime à être transportées par l'eau : flux de vrac, matières dangereuses et même conteneurs. La capacité d'une barge remplie (soit environ 4 400 tonnes) correspond à 220 camions » poursuit Julien Langendorf.

CNR ira même à imposer aux entreprises implantées au port d'utiliser la voie d'eau.

Digest

- 20 ha de surface de stockage sous douane

- 3200 mètres de voies ferrées Terminales

- Navettes ferroviaires hebdomadaires vers l'Europe du Nord

- Navettes fluviales hebdomadaires vers Fos sur Mer

- 450 000 EVP/an. ( EVP = Equivalent Vingt Pieds, unité de mesure pour les conteneurs).

- 23 km de voies ferrées reliées directement aux Réseau Ferré National

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?