Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Un Othello d'un nouveau genre au théâtre des Célestins

le - - Spectacle vivant

Un Othello d'un nouveau genre au théâtre des Célestins
Ann Ahsch Aeffer - Othello, mise en scène de Aurore Fattier

La metteuse en scène française installée en Belgique Aurore Fattier était déjà venue au théâtre des Célestins en 2016, pour Elisabeth II de Thomas Bernhard, avec Denis Lavant dans le rôle de Herrenstein. Elle revient ici avec un Othello bien à elle.

Créée à l'automne 2018 au théâtre de Liège, la pièce de Shakespeare retraduite par le comédien qui jouait Othello à la création et adaptée par Sébastien Monfé qui a injecté d'autres textes à celui d'origine prend une dimension très actuelle.

« Il ne s'agit pas pour nous d'exhumer un texte, d'en faire surgir des fantômes et de les laisser vivre tels quels, il s'agit de leur livrer un combat, en les mettant en relation avec le monde dans lequel nous vivons, quitte à en sacrifier des aspects. » explique la metteuse en scène en préambule.

Évacuant l'aspect épique de la pièce, elle a préféré se concentrer sur le côté intimiste et la question de l'altérité qui lui semble essentielle. C'est d'ailleurs la polémique soulevée par Luc Bondy de distribuer un comédien blanc (en l'occurrence Philippe Torreton) pour incarner l'un des seuls rôles colorés du théâtre classique que la metteuse en scène associée du théâtre de Liège, Namur et Varia s'est intéressée de plus près à la tragédie du dramaturge anglais.

Il faut dire que cette pièce de la maturité est assez atypique dans l'oeuvre shakespearienne, à l'inverse d'autres comme Troïlus et Cressida ou Hamlet, à l'équivoque complexité, par la clarté de son intrigue et son sujet principal, la jalousie.

Évidemment, la caméra, comme désormais quasiment sur toutes les scènes de théâtre, est omniprésente pour qu'«en tant que spectateur on puisse avoir accès à la fois à la distance théâtrale mais aussi au très gros plan, à l'intimité du cinéma.»

Mais on notera aussi la présence forte de la musique, de l'art lyrique et de témoignages qui émaillent le spectacle.

Théâtre des Célestins, 21 au 28 septembre, www.theatredescelestins.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer