AccueilCollectivitésUn jardin conservatoire Vavilov à Ecully

Un jardin conservatoire Vavilov à Ecully

Le premier jardin conservatoire français Vavilov, né de la coopération scientifique entre la 4e banque de semences du monde et un collectif français engagé dans la biodiversité, s'ouvre au cœur du campus du Groupe Seb à Ecully. Quinze autres sites devraient essaimer sur l'ensemble du territoire.
Un jardin conservatoire Vavilov à Ecully
Photo D.R. - Le jardin Vavilov implanté dans le campus du Groupe Seb

Collectivités Publié le ,

Le collectif Vavilov, porté par le fonds pour la diversité biologique De Natura, le Centre de ressources de botanique appliquée (CRBA), le bureau d'étude spécialiste de la permaculturePerma'Cité et l'entreprise opérant sur le marché des espaces verts Tarvel, soutient les travaux et l'action de l'institut Vavilov. Depuis 1894, les chercheurs de cet institut de Saint-Petersbourg (Russie) collectent et conservent les espèces végétales de la planète. Aujourd'hui, l'établissement recense environ 400 000 espèces végétales (fruits, légumes, racines, plantes, etc.). C'est dans cette 4e banque de semences au monde qu'ont été retrouvées, par exemple, des graines anciennes d'origine lyonnaise comme le haricot à longue cosse.

A l'Institut, on conserve via semis, bouture ou greffages. " Une méthode efficace pour conserver les graines. Le jardin sert de lieu de réensemencement des variétés qui peuvent avoir été perdues ", souligne Benoit Lambrey, président de De Natura. D'où l'idée d'implanter des jardins conservatoires, à vocation scientifique et pédagogique, selon trois espaces (collection sauvage, locale et russe). " Ce peut-être dans une entreprise concernée par la question mais aussi dans des espaces publics. L'enjeu reste de faire comprendre la nécessité de protéger la biodiversité. C'est pourquoi nous avons toujours plusieurs volets dans les jardins, l'aspect local permet d'être au plus près des territoires ", poursuit-il.

Le fonds d'actions De Natura, porté par plusieurs entreprises du secteur des espaces verts, dont le Lyonnais Tarvel, n'est pas un vecteur financier. Il ne dispose pas d'un fonds de dotation fixe mais fonctionne au financement par projets, avec des mécènes. Il emploie néanmoins un chargé de mission et veut être " un catalyseur de projet et d'échanges, un véhicule technique concret et origina l".

Le projet Vavilov envisage d'ouvrir 15 autres jardins conservatoires de ce modèle en France.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?