Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Enchères : Un exceptionnel ensemble d'œuvres de Joannès Drevet chez Bremens & Belleville

le - - Enchères

Enchères : Un exceptionnel ensemble d'œuvres de Joannès Drevet chez Bremens & Belleville
" Grande Rue de la Croix-Rousse ", 1931, aquarelle de Joannès Drevet estimée 80 / 120 EUR

Plus de 130 aquarelles et dessins au lavis de l'illustre artiste lyonnais sont au catalogue d'une vente programmée le jeudi 21 février par Maîtres Jean-Marc Bremens et Christophe Belleville.

Joannès Drevet, de son vrai nom Jean-Baptiste Drevet, est né à Lyon le 25 mai 1854, Lyon où il décédera également 86 ans plus tard en juin 1940. Artiste, peintre et graveur, il appartient à une célèbre famille d'artistes parmi laquelle Pierre, son père, mais aussi Joanny son fils ont apposé leur nom dans l'histoire de l'art à Lyon. Très tôt influencé par les travaux d'Albert Robida et Gustave Doré, il a la chance de pouvoir consacrer l'essentiel de son temps à la peinture et aux voyages, source infinie de son inspiration.

Paysages et marines sont alors ses sujets de prédilection, l'huile, le dessin, l'eau-forte les techniques qu'il affectionne avant de se tourner plus tard vers la gravure. Exposé à Lyon au Salon des Amis des Arts puis aux Salons du Grand Palais, il consacre simultanément une grande partie de son œuvre à ses eaux-fortes représentant principalement des rues de Lyon mais aussi les environs de la capitale des Gaules.

Exceptionnel, le qualificatif n'est pas galvaudé pour définir cet ensemble de 130 œuvres présentées le 21 février, provenant toutes de la collection de Roger Lucas, biographe et grand défenseur de l'œuvre de cet immense artiste lyonnais, précise Damien Voutay, expert lors de cette vente. Vues de Lyon, de Venise, paysages de montagne et de Savoie, alentours du Lac du Bourget et du Bugey sont au catalogue qui pourrait quasi faire figure de catalogue raisonné de l'artiste pour au moins une grande partie.

On note ainsi en tout début de lecture Alger, rue Kléber, 1922, une aquarelle de dimensions 14 x 17,5 bien marquée du cachet humide de la collection Roger Lucas, pour laquelle on attend 80 à 120 € ; tandis que les purs Lyonnais devraient se concentrer sur cette aquarelle signée et datée représentant la Grande Rue de la Croix-Rousse, 1931, également estimée 80 / 120 €. Et parce que Venise restera toujours Venise, pourquoi ne pas craquer sur Le Rialto, aquarelle signée et titrée en bas à gauche, toujours estimée 80 / 120 €.

Bremens et Belleville, jeudi 21 février à 19 h - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.interencheres.com

Adjugés !

L'Art Nouveau et l'Art Déco ont leur public, c'est certain. Au sommet de la vague depuis la fin des années 80, ces deux domaines abordés aussi bien dans la verrerie que dans le mobilier ou les arts graphiques n'ont pas subi le désintérêt des collectionneurs français et étrangers, contrairement à d'autres. Les résultats atteints le 31 janvier chez de Baecque & Associés attestent de cet état de fait, avec des adjudications qui permettent de confirmer la cote des grands artistes de ces deux périodes.

On note bien sûr les 11 000 € (hors frais) réalisés par Les amis de toujours dit aussi Friends forever, une statue chryséléphantine de Demeter H. Chiparus initialement estimée 10 000 / 15 000 € ; mais également les 6 800 € portés par un collectionneur sur un vase en dinanderie de Jean Dunand pour lequel on espérait 3 à 5 000 €. En matière de verrerie, la surprise est venue d'un important vase cornet par Daum à décor « Ecailles » dit aussi « Flèches ». En verre multicouche au décor tournant, cette pièce rare du maître verrier de Nancy était attendue entre 5 000 et 8 000 €. 12 000 € (hors frais) au final auront été prononcés. Idem pour ce spectaculaire vase ovoïde à décor d'un paysage de montagne sur fond de ligne bleue des Vosges, travail des établissements Gallé initialement estimé 4 000 / 6 000 €, finalement adjugé 8 000 € (hors frais).

Jean Perzel, pour un rare lampadaire moderniste, confirmait lui aussi sa cote maintenue sur le marché de l'art, avec une belle adjudication à 8 500 € pour un Modèle 32 créé vers 1931 ; tandis qu'en matière d'arts graphiques, Pierre Combet-Descombes, dont on présentait un bel ensemble d'œuvres lors de cette vacation, voyait son Grand Nu aux bas verts rejoindre une nouvelle collection après adjudication à 5 000 € (hors frais).




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer