Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Un Don Giovanni nocturne à l'opéra de Lyon

le -

Un Don Giovanni nocturne à l'opéra de Lyon
© Corentin Fohlen

Parce qu'il faut bien clore la saison en beauté et faire honneur au grand répertoire, l'Opéra de Lyon offre une nouvelle jeunesse à l'opéra majeur de Mozart, Don Giovanni, qualifié en son temps par Wagner lui-même comme « l'opéra des opéras ».

Une nouvelle production qui s'annonce flamboyante puisque c'est le jeune metteur en scène hongrois installé à Berlin David Marton qui s'y colle. Les Lyonnais ont pu découvrir son talent lors d'une version de La damnation de Faust de Berlioz à se damner, en 2015.

Cette fois-ci il prend le parti d'un Don Giovanni nocturne, au service de la partition. « Je ne veux surtout pas réduire Mozart. Au contraire, je veux essayer d'en révéler les possibilités. C'est pour ça que je ne veux pas raconter une histoire, même si Don Giovanni en raconte une.

Le mythe, c'est la musique ! C'est elle que je veux essayer de mettre en scène. Je serai donc très irrationnel dans cette production. On pourrait écrire dans le hall : « Vous qui entrez, abandonnez toute logique ! » explique le prodige hongrois, désigné dès 2009-2010, comme metteur en scène d'opéra de l'année par la revue Die Deutsche Bühne pour Don Giovanni Keine Pause (avec une femme incarnant le célèbre séducteur inventé par Tirso de Molina) et Lulu.

Stefano Montanari, grand spécialiste de baroque et chef familier des planches de l'opéra de Lyon, puisqu'il a déjà dirigé ici-même L'Enlèvement au sérail et Idoménée, et pas plus tard qu'en décembre dernier, La Cenerentola de Giacomo Rossini dans une version bouffonne à souhait sera à la baguette pour mener un opéra qu'il connaît bien.

Tandis que la distribution sera assurée par de jeunes chanteuses et chanteurs, Eleonora Buratto dans le rôle de Donna Anna, très demandée dans les grands rôles de soprano lyrique, et le jeune Lyonnais Julien Behr dans le rôle d'Ottavio tandis que Philippe Sly, jeune canadien d'à peine 30 ans sera un Don Giovanni à la jeunesse fougueuse,

Gallia Valette-Pilenko

Opéra de Lyon, 25 juin au 11 juillet, www.opera-lyon.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer