AccueilCultureSpectacle vivantUn Amour de spectacle à voir en famille aux Célestins

Un Amour de spectacle à voir en famille aux Célestins

La magie de Noël aux Célestins, c'est deux spectacles dans la même soirée. La semaine dernière, nous écrivions sur le dernier spectacle de la fille de Charlie Chaplin, Victoria Thierrée Chaplin, Bells and spells, aujourd'hui c'est le tour de Amour de la compagnie Marie de Jongh.
Un Amour de spectacle à voir en famille aux Célestins
Pio Ortiz De Pinedo - Amour de la compagnie Marie de Jongh

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Créé en décembre 2015 au théâtre Arriaga Antzokia de Bilbao Amour de la compagnie basque Marie de Jongh, a depuis fait à peu près le tour du monde avec ses quatre poupées grandeur nature. Il faut dire qu'il n'y a qu'à les regarder pour fondre, d'autant que les histoires qu'elles racontent (sans paroles) parlent à tout le monde, de 7 à 107 ans. Et, comme son titre l'indique, ici il s'agit d'évoquer l'amour et son contraire.

Celui des enfants, qui ne savent pas encore ce que c'est, celui des anciens, qui le connaissent bien mais continuent de faire les mêmes erreurs. Avec trois fois rien, des masques naïfs, des costumes tout simples, une structure tubulaire et transformable qui ose toutes les métamorphoses, les trois comédiennes et les deux comédiens nous font entrer dans un univers entre vieux albums d'enfants et marionnettes à fil où tout semble irréel.

L'histoire s'écrit et se recompose au fur et à mesure que les personnages féminins le tracent à la craie avant d'effacer rageusement, chacune à son tour, le monde qu'a créé l'autre. S'ensuivent bouderies et réconciliations avant que d'effectuer un saut dans le temps. On se retrouve dans la seconde partie 60 ans plus tard, avec les mêmes personnages, vieillis, qui continuent de se fâcher et de se réconcilier malgré leur grand âge.

Une très jolie réflexion sur l'amour et ses travers, sans paroles, mais avec une expressivité sans pareille malgré des masques qui doivent éprouver les interprètes par leur volume et leurs matériaux. Comme l'écrit son metteur en scène, Jokin Oregi c'est « un théâtre d'adultes pour enfants et un théâtre d'enfants pour adultes ». On ne saurait mieux dire !

Théâtre des Célestins, jusqu'au 31 décembre, www.theatredescelestins.com

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?