AccueilEvasion / TourismeTouroparc.zoo, la passion animale

Touroparc.zoo, la passion animale

En accueillant de nouveaux rhinocéros indiens, le parc animalier de Romanèche-Thorins poursuit sa politique de protection des espèces menacées.
Touroparc.zoo, la passion animale
© Nicolas Robert

Art de vivreEvasion / Tourisme Publié le ,

Un pas lourd, deux oreilles qui pointent, l’ombre d’une corne géante et, soudain, une masse grise qui s’ébroue joyeusement dans une mare boueuse. C'est ainsi que Fanindra nous salue. Pensionnaire de Touroparc.zoo depuis octobre 2012, ce rhinocéros indien de 2,5 tonnes a de quoi se réjouir, lui qui bénéficie à présent d’un territoire totalement réaménagé, plus conforme à son mode de vie. Rejoint depuis quelques mois par la femelle Maruska dans l’optique de former un couple reproducteur, il évolue désormais au cœur d’un espace de 2 700 m2, constitué d’un lieu de nuit et de deux enclos extérieurs pour encore plus de baignade et de farniente. Monsieur a de la chance, puisqu’une autre compagne, en provenance du zoo de Beauval (Loir-et-Cher), devrait s’installer au parc à l’automne.


L’équipe de Touroparc s’enorgueillit de cette évolution qui contribue à faire perdurer la race des rhinocéros indiens, alors que leur nombre peine à atteindre les 3 000 à l’état sauvage. Il faut dire que, depuis l’arrivée de Franck Chaduc aux manettes de Touroparc.zoo en 2012, ce vétérinaire n’a cessé de lutter pour la préservation des espèces menacées. À l’instar des tigres blancs, tout premiers animaux présentés en France et devenus depuis l’emblème du parc. Ou de la girafe du Niger, qui intègre le fonds de dotation Touroparc Conservation, cher au cœur du docteur.

« Nous ne pouvons plus ignorer les situations dramatiques de certains animaux et les carences de place pour satisfaire les demandes, qui sont nombreuses, explique-t-il. Ici, nous essayons de participer à cette offre renforcée de sauvetage : la reproduction d’une espèce rare, une déontologie et une éducation à mettre en place… »


Aujourd’hui, le parc comptabilise quelque 700 animaux. Créé en 1961, il accueille désormais plus de 210 000 visiteurs par an et se hisse à la première place des sites payants de Saône-et-Loire.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?