AccueilThomas Fersen au Radiant : Bonjour veaux, vaches, cochons, poulets !

Thomas Fersen au Radiant : Bonjour veaux, vaches, cochons, poulets !

Un peu Brassens sur un air de Yukulélé, avec des airs de faux père tranquille, un peu chanteur pour « grands » enfants, avec ses métaphores animales et coquines sur l'amour « vache », c'est Thomas Fersen. Il pose sa « valise » le temps d'une soirée au Radiant.
Thomas Fersen au Radiant : Bonjour veaux, vaches, cochons, poulets !

Publié le ,

La cinquantaine est passée par là, il semble toujours aussi mal peigné, avec ses looks d'étudiant (ou de prof) un peu rebelle qu'on croiserait au « Balto » du coin autour d'un demi. Pourtant la sophistication visuelle et musicale de ses clips est bien là et son dernier album, le 10è, s'inscrit dans son époque tout en étant décalé. Et l'époque a besoin de vrais textes, de vrais artistes de scène, pour se (re) trouver.

Sa dernière galette, Un Coup de Queue de Vache, confirme son orientation de tendre chanteur-conteur aux côtés d'un surprenant quintette à cordes. Après 25 ans de carrière, Thomas Fersen confirme le sillon poétique et humoristique.

C'est à l'école communale qu'il découvre la chanson « par le biais des chansons paillardes », aime-t-il à préciser. On comprend mieux ses textes aujourd'hui… Dès les années lycées, il joua avec des groupes de musique, plus ou moins inspirés new wave/punk…

Celui qui commença sa vie professionnelle après son service militaire, dans les années 80, comme câbleur dans les hôtels, est aujourd'hui officier des arts et lettres, prix Raoul Breton (sacem), il fut disque d'Or avec Le Bal des oiseaux…Bref, un chanteur reconnu mais toujours un peu en marge. En tournée, son public ne le lâche pas d'une semelle. Lyonnais et Caluirards, notamment, l'attendent de pied ferme .

Ses personnages sont des cochons, lièvres, coqs ou dragons pour mieux croquer ses contemporains... Contées de sa voix éraillée, les petites fables de Thomas Fersen trottent vite dans la tête des enfants et des plus grands.

L'artiste s'accompagne d'un quatuor à cordes classique renforcé par un instrument populaire (mandoline, banjo, ukulélé), qui joue ici les trublions. Son décor breton un peu fantasmé s'entremêle avec le réalisme cruel d'un monde rural en péril.

Radiant-Bellevue, Caluire-et-Cuire, mer.22 novembre, 20h30, radiant bellevue

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?