Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Thierry Frémaux : « Le cinéma d'auteur aujourd'hui est financé par Netflix et Amazon ! »

le -

Thierry Frémaux : « Le cinéma d'auteur aujourd'hui est financé par Netflix et Amazon ! »
Thierry Frémaux présente l'exposition Chaplin sur le site de l'institut Lumière (©ES)

Déjà dix ans, le festival Lumière souffle ses 10 bougies et ouvre dès samedi avec, pour invitée d'honneur et Prix Lumière 2018, Jane Fonda, « C'est déjà un succès, soulignait Thierry Frémaux, directeur du festival et de l'institut Lumière, à deux jours de l'ouverture, avec 80000 billets vendus . Si tout va bien, on devrait finir à 150/180 000 billets ».

lire aussi https://www.le-tout-lyon.fr/une-grande-cite-du-cinema-et-de-la-photographie-lumiere-par-renzo-piano-a-lyon-9892.html

Le succès, Thierry Frémaux y croyait depuis le début des années 90 « L'idée est très ancienne, mais les municipalités antérieures n'en voulait pas. On nous disait que ça faisait un peu « ciné-club », avec beaucoup de condescendance.

Les cinés-clubs, il faut leur rendre hommage, ils ont mené en salle de nombreux cinéphiles et cinéastes. Michel Foucault lui-même citait en exemple cette culture du ciné-club. » La réussite est là pour le festival Lumière, mais le gone des Minguettes qui « a découvert Lyon et ses arrondissements grâce aux salles de cinéma …» avoue que le festival a commencé très fort avec Clint Eastwood, excusez du peu, pour essuyer les plâtres en 2009 : « Et que l'on ne me dise pas que c'est facile depuis que je suis à Cannes, les cinéastes venaient à Lyon bien avant je sois à Cannes […] Il vaut mieux ne pas trop regarder en arrière pour ne pas prendre le vertige, et retomber plus bas… »

Toujours un projet d'avance, Thierry Frémaux vie et respire cinéma, il est même en train d'écrire un essai sur le cinéma dans la révolution numérique : « C'est la première fois dans son histoire que le cinéma est attaqué dans ses supports. » explique Thierry Frémaux, qui a renoué le dialogue avec les dirigeants de Netflix, qui seront présents au festival.

Deux films appartenant au géant du streaming et désormais producteur, seront présentés : le dernier film d'Orson Wells The other side of the wind dont Netflix a acheté les droits, et un film d'Alfonso Cuaron, Roma, avant sa sortie sur Netflix : « Le cinéma d'auteur aujourd'hui est financé par Netflix et Amazon .

Le problème c'est que cela joue sur les films. Ils ne sont pas conçus de la même façon pour la télé, l'Ipad, voire le téléphone, que pour les salles à grands écrans. Sur un tournage financé par Netflix, vous aurez souvent quelqu'un derrière la caméra, pour dire à l'équipe : « Allez ! un peu plus de gros plans ! »




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer