AccueilActualitéGrand témoinThierry Fradin, Winoa : "Le recyclage fait partie des fondamentaux de notre industrie"

INDUSTRIE Thierry Fradin, Winoa : "Le recyclage fait partie des fondamentaux de notre industrie"

Membre du comité exécutif du leader mondial de la grenaille acier dont il est actionnaire, Thierry Fradin est directeur du développement et des ventes de Winoa au niveau mondial. Il explique comment l’entreprise installée en Isère au Cheylas fait face à de nouveaux défis pour assurer sa pérennité.
Thierry Fradin, Winoa : "Le recyclage fait partie des fondamentaux de notre industrie"
© DR - Winoa s’appuie sur la solide expérience de Thierry Fradin en Asie pour asseoir son développement sur cette zone à potentiel.

ActualitéGrand témoin Publié le ,

Winoa fête ses 60 ans cette année : comment est née cette industrie qui est aujourd’hui leader mondial de la grenaille en acier ?

Winoa est une joint-venture née en 1961 de l’association d’une société américaine et des forges d’Allevard. La force de l’implantation historique au Cheylas, c’est la tradition de la métallurgie de la vallée associée à la disponibilité de l’énergie hydraulique pour l’électricité. La société s’est développée petit à petit à l’international, principalement par l’acquisition d’autres entités, qui se sont déroulées par étapes : en Europe, en Amérique, en Asie, en Russie…

Aujourd’hui, Winoa compte neuf usines dans le monde, dont trois en Europe. Par rapport à nos concurrents, c’est nous qui avons la présence internationale la plus développée, ce qui nous permet d’être au plus près des besoins des clients, tout en étant moins soumis aux incidents d’approvisionnement.

Nous comptons 800 collaborateurs dans le monde, dont 150 en France au Cheylas qui est notre siège et notre plus gros site, pour un total de 300 M€ de CA.

En février dernier, vous avez changé d’actionnaire majoritaire. C’est désormais le fonds américain Blackstone qui détient la majorité de vos parts. Pourquoi ce changement était-il devenu nécessaire ?

Pendant longtemps, Winoa était détenue par différents fonds d’investissement, tels que Wendel. Il y a eu plusieurs changements de propriétaires jusqu’au dernier, avec Blackstone, qui était présent depuis 2017, et qui est devenu actionnaire principal en 2021.

C’était un financier de l’acquisition chez nous, et le fait de passer majoritaire a permis de réduire l’endettement du groupe en convertissant une partie de la dette en capital. C’est un des plus gros fonds d’investissement du monde, ce qui nous donne accès à un réseau immense et à une puissance très importante. On va pouvoir s’adosser sur le fonds pour relancer la dynamique d’acquisition qu’on a connue précédemment. La première étape pour cela, c’était de restructurer la dette.

Des opérations de croissance externe à venir ?

Vous venez d’établir votre nouveau business plan, « Agenda 2025 », qui doit vous permettre d’ici cette échéance de pérenniser l’activité ?

Il y a une partie de ce plan liée à la croissance du business, à la fois sur l’activité standard, c’est-à-dire la vente de grenailles, et sur le développement des géographies, notamment dans les pays émergents tels que la Chine, l’Inde ou l’Amérique centrale, où nous envisageons peut-être des opérations de croissances externes.

Nous consacrons aussi un gros effort commercial sur le développement de nouveaux produits de spécialité. On met l’accent par exemple sur la grenaille en inox, qui ne rouille pas et qui permet de travailler sur des pièces plus sensibles, ou de grenailler des pièces en aluminium (...) La suite de cet article est réservée à nos abonnés.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?