Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Textile : le redressement judiciaire de Kidiliz menace près de 250 emplois dans la région

Publié le -

Textile : le redressement judiciaire de Kidiliz menace près de 250 emplois dans la région
DR - Le groupe Kidiliz emploie 2 600 salariés dans le monde (1 600 en France) pour un réseau de 9 482 points de vente.

Kidiliz, spécialisé dans la mode pour enfants détenant notamment les marques Absorba, Catimini ou Z, dont le siège administratif est basé à Saint-Chamond, a été placé en redressement judiciaire. Une procédure qui menace les salariés français du groupe, dont plus de 250 entre Loire et Rhône.

Kidiliz a été placé en redressement judiciaire le 10 septembre a annoncé son PDG Patrick Puy. L'ouverture de la procédure concerne plus de 240 boutiques en France (sur 430) et les salariés des sites de Saint-Chamond, le siège historique et administratif employant 180 personnes, celui de Rillieux-la-Pape dans le Rhône (80 salariés), Troyes (Aube), Beaurains (Pas-de-Calais) et Saint-Macaire-en-Mauges (Maine-et-Loire). Au total, le groupe emploie 2 600 salariés dans le monde (1 600 en France) pour un réseau de 9 482 points de vente.

"La COVID a compliqué l'économie dans de nombreux secteurs notamment celui du textile. Prenant acte de ses difficultés, Kidiliz Group a demandé son placement en redressement judiciaire", a précisé Patrick Puy via communiqué.

Près de 50% de baisse du chiffre d'affaires

Propriété du groupe chinois Zhejiang Semir Garment depuis octobre 2018, le spécialiste de l'habillement pour enfants - ex-Zannier créé en 1962 à Saint-Chamond dans la Loire par Roger Zannier et sa sœur Josette -, Kidiliz et ses 15 marques (dix en marque propre et cinq sous licence dont G Star-Raw), devait, selon ses nouveaux propriétaires, devenir le numéro deux mondial de la mode enfantine.

Mais le groupe a cumulé les pertes. Et ce malgré l'arrivée du nouveau PDG, nommé en juillet dernier pour redresser la barre. En 2020, le chiffre d'affaires, selon le groupe, devrait avoisiner les 260 M€. Il était de 391M€ (dont 48 % réalisé en France et 52 % à l'international) en 2019. Un chiffre bien en-dessous de celui de 2017 (427 M€) au moment de son rachat l'année suivante par le groupe Semir.

L'espoir de trouver un repreneur

L'intersyndicale de l'Union économique et sociale du groupe, rassemblant les syndicats CFDT, la CGT, la CFE-CGC et la CFTC, déplore, dans un communiqué commun, "l'inertie du groupe chinois Semir, qui ne s'est jamais investi à la hauteur de son projet de rachat et du développement du groupe [...]". Ce dernier prévoyait par ailleurs le développement de la vente en ligne et la conquête du marché chinois.

"Ils avaient les moyens d'investir et de conserver une vraie valeur de marque existante", appuie Géraldine Mailler, secrétaire du CSE et déléguée syndicale CFDT de Kidiliz, représentant le groupe dans la procédure devant le tribunal de commerce de Paris.

La période d'observation est ouverte pour six mois, l'appel d'offres sera clos début octobre.

"Nous avons bon espoir que le maximum d'emplois soit sauvé et qu'un industriel français ou européen ait la capacité de nous reprendre", commente Géraldine Mailler.

Neuf repreneurs se montrent d'ores et déjà intéressés.




Noémie COQUET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer