Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Syngué Sabour les pieds dans le sable

le - - Culture

Syngué Sabour les pieds dans le sable

En cette fin d'été Lyon reste encore assoupie, et il n'y a pas grand chose d'autre à faire que se réfugier dans un cinéma ou prendre un bon bouquin et s'installer dans un parc pour se réveiller les méninges. Mais il y a tout de même une perspective avec la création de la pièce de Benjamin Forel, Syngué Sabour, dans le lieu éphémère qu'il a ouvert en mai dernier place Camille Georges, entre la voie ferrée et la caserne des gendarmes, le Bac à sable.

Benjamin Forel cultive les projets un peu trash et déjantés. Ici, il a décidé de s'emparer du Goncourt 2008, Syngué Sabour de Atiq Rahimi, qui a donné lieu à un film réalisé par l'écrivain en 2012 pour nourrir son « physical theatre » avec deux interprètes, une femme grande, longiligne, plutôt comédienne et performeuse et un homme petit, souple et danseur accompli.

Dans cette histoire d'une femme qui se confie à son mari, dans le coma, et lui livre des secrets, il y a la souffrance, le désir, la douleur, le mépris aussi. Il ne s'agit pourtant pas de raconter l'histoire de Pierre de patience.

Le texte de l'écrivain afghan devient « une matière de jeu. Murmuré, crié, projeté sur les murs ou sur les corps des interprètes, il sera un support au cheminement de la liberté d'expression des corps, donc de la parole. » Comme « autant de didascalies qui invitent à imaginer la dramaturgie des corps » explique le metteur en scène qui a déjà adapté le sulfureux Hanokh Levin, Shakespeare et s'est peu à peu détaché des mots pour se rapprocher du corps.

Ses deux précédentes pièces se passaient de mots. Ici, il renoue avec le verbe tout en continuant d'investir les corps, les raconter comme « espace expressif à l'origine de tous les autres ».

Cherchant à décortiquer les matières d'un texte qu'il porte en lui depuis qu'il l'a découvert, à sa parution et creusant un sillon entre souffle et geste, avec le soutien d'une scénographie composée de vidéos et d'un sac rempli de lentilles qui se vide au cours de la pièce. À découvrir sans attendre !

Le Bac à sable, 10 au 13 septembre, www.ineffable-theatre.fr




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer