AccueilCollectivitésSYMALIM et SEGAPAL, chevilles ouvrières du Grand Parc de Miribel Jonage

SYMALIM et SEGAPAL, chevilles ouvrières du Grand Parc de Miribel Jonage

Entouré du canal de Miribel, achevé de construire en 1857 (pour améliorer les conditions de navigation), et du canal de Jonage, mis en service en 1899 (pour aménager une centrale hydroélectrique, la plus importante de France à l’époque), le parc de Miribel Jonage n’a véritablement commencé à exister qu’à partir de 1968, lorsqu’un syndicat d’aménagement est créé.

Collectivités Publié le ,

Le SYMALIM (qui compte dès l’origine quinze collectivités, rejointes en 1995 par le Grand Lyon) acquiert progressivement des terrains et engage des aménagements permettant la création de vastes plans d’eau pour les loisirs. En 1988, une station de pompage de secours voit le jour dans le lac principal, pour que l’agglomération dispose d’une ressource en eau potable en cas de pollution du captage principal de Crépieux-Charmy.
Le SYMALIM (8 M€ de budget par an) est financé par les collectivités membres, par des subventions liées à des projets spécifiques et par l’emprunt. Il a confié la gestion quotidienne du parc à une société : la SEGAPAL (SEM devenue SPL en 2012).
La superficie du parc est aujourd’hui de 2 200 ha (entre Jons, où le Rhône est séparé en deux canaux, et Vaulxen- Velin, où ils se rejoignent), avec 350 ha de lacs, 800 ha de forêt et 500 ha d’espaces agricoles. C’est en quelque sorte une île comprenant ses terres et ses lagons. L’essentiel du périmètre est d’accès gratuit et accueille plus de 3,5 millions de visiteurs chaque année pour des balades à pied, à vélo ou pour la baignade. Une autre partie est d’accès payant : la ferme équestre et la base de loisirs « L’Atol » (autrefois connue sous le nom de Planète Tonique) comprenant une plage privée avec activités nautiques mais aussi du golf, du badminton, du tennis, une salle d’entretien et de remise en forme et un restaurant.
Dans les années 1990, le parc est sanctuarisé. Deux raisons à cela : la nécessité de préserver la qualité de l’eau et la volonté de faire du parc un espace de détente majeur pour les populations des alentours. Juridiquement, l’île de Miribel-Jonage est une zone Natura 2000 tandis que le Lac des Eaux Bleues constitue une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique. Le parc est d’ailleurs connu pour ses castors, ses oiseaux (220 espèces) et ses orchidées dont certaines sont, paraît-il, endémiques. .../...


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5120 du samedi 27 septembre 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?