Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Suzuki Swift Sport : l'art du compromis

le - - Automobile

Suzuki Swift Sport : l'art du compromis

Plus agile malgré un plus petit moteur. Plus spacieuse, habitacle et coffre, bien que raccourcie de 10 cm. Moins pesante sur l'asphalte en dépit d'un confort amélioré, de sécurités ajoutées et d'aides à la conduite multipliées. Comment ont-ils fait ?

La Swift Sport 3e génération (depuis 2007) a été développée sur une nouvelle plate-forme autour du bloc 4-cylindres du Vitara et la caisse seule ne pèse pas 200 kg. Remarquable dans le clan des sportives de 4 m et 5 portes. Globalement allégée de 80 kg, l'automobile a accru sa rigidité et son aptitude à disperser l'énergie en cas de choc. Sous le capot, le moteur 1.3 (qui remplace le 1.6 de la deuxième génération) délivre 140 ch (+ 4) et 230 Nm (+ 70). La puissance maximale afflue 1 300 tours/minute plus bas que précédemment. Autrement coopératif, le couple. Il culminait à 4 400 tours/minute, le voici à son pic sur la plage 2 500-3 500.

Suzuki lance une sportive ni énervée ni énervante. Pouls calmé, la Swift Sport annonce des performances en progrès : 210 km/h, 8''1 au 0-100 au prix d'une consommation homologuée réduite de 0,8 litre. L'émission de CO2 a dégringolé : 175 g/km en 2007, 147 en 2011, 125 en 2018.

Au parking, la voiture envoie des signaux. Roues noir et argent de 17''; entrée d'air faciale dilatée ; calandre noire à l'inclinaison inversée, basculée vers l'avant ; becquet au-dessus de la lunette arrière ; deux sorties d'échappement chromées et d'un diamètre supérieur à la moyenne.

La nouvelle Swift Sport, même sa couleur de lancement castagne : un jaune à la fois profond et acidulé, qui déflagre au soleil, « Champion Yellow » dans l'éventail des 7 teintes de carrosserie au catalogue. Introuvable à l'intérieur, la panoplie des teasers « hautes performances ». Pas d'aiguilles rouges dans les cadrans ; pas de petit volant ; pas de levier de vitesses format cigarette ; pas de baquets ostensiblement sculptés pour bloquer l'occupant des hanches aux omoplates.

S'installer et sortir de voiture s'accomplissent sans y penser. Dans cette automobile de 3,89 m, l'espace aux jambes, la largeur aux coudes, la capacité du coffre (265/947 dm3) mais par-dessus tout les fauteuils captivent d'emblée. A l'usage, assise et dossier conjuguent mystérieusement amplitude et maintien.

Leste et réactive, confortable et feutrée : tous les jours, sans user les nerfs, la nouvelle Swift Sport offre à déguster l'association d'un couple moteur prodigue à moyen régime et d'une masse roulante descendue sous la tonne (970 kg) : « 4,2 kg par Nm ». Aucune des rivales autour de 20 000 € n'argue d'un si bénéfique rapport poids/couple.

L'acheteur n'a que le coloris à choisir. Unique version, zéro option. « Elle a tout » de la clim' automatique à la correction de trajectoire ; de la caméra de recul aux sièges avant chauffants ; du Bluetooth à la peinture métallisée sans oublier les alertes et aides à la conduite.

Ne déplairait pas, malgré tout, un affichage numérique des km/h. Et les rétroviseurs extérieurs, pas minuscules, gagneraient à intégrer des miroirs qui élargissent le champ.

Suzuki France programme entre 800 et 1000 immatriculations de Swift Sport en année pleine. Tous modèles additionnés, la marque vise 30 000 ventes en 2018 dans l'Hexagone, contre 25 939 en 2017. Le Japonais en grande forme peine à cacher son euphorie. Sur un marché hexagonal à + 4,8%, sa progression tourne autour de 20 %.

Prix de la Swift Sport : 20 700 €.

Suzuki-Toyota : « Faisons-le »

Pas loin de 20 ans après Renault et Nissan, deux autres constructeurs font alliance. Echanger, faire avancer ensemble tel projet, oui. Se marier, non. Suzuki qui ressentait le besoin d'un « groupe motopropulseur compact à ultra-haute efficacité » pourra en accélérer le développement grâce à des systèmes et solutions maîtrisées par Toyota et Denso, l'équipementier nippon au rayonnement planétaire.

De son côté, Toyota manquait d'automobiles calibrées pour les pays dits émergents. Il produira et commercialisera en Inde et en Afrique, sous sa marque, des Suzuki conçues pour le marché indien.

« Rompant avec les conventions, Toyota a choisi un avenir où chacun tracerait sa propre voie, résume le président Akio Toyoda. À cette fin, l'esprit ‘' Let's do it '' [faisons-le] est primordial ». Osamu Suzuki, l'autre président, retient que « Toyota a manifesté son enthousiasme tout au long de nos discussions concernant ce partenariat, bien que celui-ci soit à l'initiative de Suzuki ».






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer