AccueilAutomobileSuzuki : cap sur l'automatisme

Suzuki : cap sur l'automatisme

Partenaire depuis 2003 de la Grande Odyssée, cette course de traineau qui emmène à travers les deux Savoie 400 chiens guidés à la voix par des mushers venus d'une dizaine de pays, Suzuki a encore soutenu cette épreuve cette année en confiant une vingtaine de ses véhicules aux organisateurs.
Suzuki : cap sur l'automatisme
Laurent Sanson

Art de vivreAutomobile Publié le ,

Crée en 2005 par Nicolas Vannier et Henry Kam, cette course éprouvante emmène les équipages sur un millier de kilomètres dans une dizaine de stations savoyardes, avec un dénivelé impressionnant comparable à sept ascensions du Mont Blanc. Et, cette année, Suzuki prêtait aux organisateurs ses Vitara et S-Cross équipés de la toute nouvelle boîte automatique à double embrayage. Une mise à l’épreuve en terrain difficile pour passer d’une station à l’autre au fil d’une épreuve qui vit la victoire finale de Rémy Coste.

Si 5 % des automobilistes se privaient de la pédale d’embrayage en l’an 2000, ce chiffre atteint désormais les 20 % ! Les mentalités ont en effet considérablement évolué en profitant parallèlement de prix plus abordables. Chez Suzuki, tous les segments proposent une boîte auto mais avec des techniques adaptées à chaque type de véhicule, à chaque puissance. Ainsi, la petite Celerio, 3,60 m seulement mais d’une habitabilité record, accorde son 3 cylindres de 68 ch à une boîte robotisée à 5 rapports.

C’est au contraire une boîte CVT à variation continue qui équipe le S-Cross essence, pratiquement sans concurrence dans son segment à 4 roues motrices. Pour leur part, le Jimny 4x4, la Swift 1.2 essence et le Vitara 1.6 essence deux roues motrices ou Allgrip font confiance à une boîte de vitesses automatique classique à six rapports contre un supplément allant de 1 200 à 1 600 €. Enfin, une toute récente boîte TCSS à double embrayage équipe les Vitara et S-Cross 2016 Allgrip animés par les 4 cylindres diesel DDIS. Le nec plus ultra !

Dernier tout-terrain commercialisé par Suzuki, le Vitara prend la suite de trois millions de modèles livrés à travers le monde depuis 1988. Fabriqué en Hongrie et long de 4,17 m, il offre 5 portes et 5 vraies places accompagnées d’un coffre intéressant de 345 dm3 pouvant passer à 1 120 dm3. Atteignant 180 km/h en pointe avec 11’’5 de 0 à 100, ce Suzuki s’appuie sur un diesel de 120 chevaux offrant 320 Nm de couple dès 1 750 t/m pour une consommation normalisée de 4,5 litres de gazole avec 118 g de CO2 : seulement 5 grammes supplémentaires qui ne procurent d’ailleurs aucun malus écologique.

18 500 ventes en France en 2015

Offrant le choix entre un pack urbain ou un autre baroudeur, ce Vitara bénéficie du dispositif Allgrip répartissant la puissance sur les quatre roues selon l’adhérence. Une molette permet d’arbitrer en roulant entre quatre propositions : auto, sport, snow ou lock. En passant d’une station à l’autre par des routes brusquement enneigées au début du mois de janvier, nous avons pu apprécier la bonne harmonie de cet attelage qui marie au mieux un moteur au couple généreux avec une boîte aussi douce que réactive. Un bel accordqui donne du plaisir au conducteur dans un réel climat de confiance. Forte de 11 modèles, la gamme Vitara s’étage de 17 490 à 25 590 €.

Riche de 199 concessionnaires, les derniers nommés dans notre région se situant à Vienne et Villeurbanne, la marque a réalisé 18 500 ventes en France en 2015, enregistrant ainsi une hausse de 17 %. La Swift reste toujours le best seller juste devant le Vitara, la Celerio et un S-Cross qui va bientôt connaitre des aménagements. Dans quelques mois, un nouveau véhicule urbain, le Baleino, viendra renforcer l’offre dans la catégorie des 208 et Clio. Et Suzukipourra alors légitimement viser les 30 000 ventes annuelles à l’horizon 2018.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?