AccueilEconomieDossier: Spin-off, des leviers pour l'innovation

Dossier: Spin-off, des leviers pour l'innovation

Dossier: Spin-off, des leviers pour l'innovation
© : Stocklib

Economie Publié le ,

Lire aussi

http://le-tout-lyon.fr/le-spin-off-s-invite-de-l-industrie-aux-biotechs-5950.html

http://le-tout-lyon.fr/on-ne-fait-pas-de-spin-off-avec-une-branche-morte-de-l-entreprise-5951.html

http://le-tout-lyon.fr/l-essaimage-enrichit-la-rd-d-ifpen-5952.html

http://le-tout-lyon.fr/seb-soutient-les-petites-cantines-5953.html

Le spin-off n'est pas une création d'entreprise comme les autres. Au départ : un actif valorisable de l'entreprise, qui ne peut être développé en interne. "Un choix motivé par des raisons stratégiques, commerciales, financières voire même morales lorsque l'entité ne peut se permettre d'effectuer des recherches contraires à ses positions initiales", souligne Pierre-Yves Nury, enseignant chercheur à l'Iae lyon et co-fondateur de Yoobaky ventures, un collectif d'entrepreneurs qui favorise la création d'entreprise par l'innovation.

Dans ce cas, le spin-off initié par l'entreprise devient une variable d'ajustement. Il est utilisé pour favoriser les mécanismes d'innovation technologique en s'appuyant sur une structure plus souple, plus légère et moins couteuse. Présenté comme une jeune pousse, il est même plus facile de valoriser un spin-off sur un territoire : communication avec image positive de la start-up, accès à de nouveaux financements réservés jusqu'alors aux créations et préservation de l'emploi du secteur.

Les spin-off fleurissent quand des entreprises se restructurent ou procèdent à de nombreux licenciements. Les salariés remerciés s'appuient sur le savoir-faire de leur ancienne structure, leur réseau de distribution ou leurs contacts. "Il peut s'agir de locaux, d'aménagement de temps de travail, mais aussi d'accords commerciaux plus structurés, voire de prise de participation dans la nouvelle entreprise. Une forme de continuité visible ou invisible, selon les intérêts de chacun", poursuit l'enseignant-chercheur.

Valorisé par les entreprises, le spin-off est de plus en plus intégré dans la gestion des ressources humaines, non plus seulement comme variable de départs. A l'image dans la région d'IFP Energies Nouvelles, certains ont créé "une cellules d'essaimages" au cœur même de la DRH utilisant l'entrepreunariat comme variable d'épanouissement des salariés. Dans d'autres cas, l'impulsion vient du salarié lui-même, poussé par l'esprit d'intrapreunariat (l'innovation à l'intérieur de l'entreprise) et les nouvelles formes de travail. "Ce type de création est idéal pour des managers qui ne sont pas forcément des créateurs. Ils peuvent performer à moindre risque sur la base d'une R&D déjà valorisée et d'un marché mature, conclut Pierre-Yves Nury C'est un avantage pour lui comme pour l'entreprise. "

Spin-off ou essaimage ?

Ces deux termes signifient la même chose, ce n'est qu'une question d'usage de la langue française, faisant référence à une forme de création d'entreprise. Elle consiste à lancer une activité en dehors de la structure juridique qui l'a initialement créée, généralement une scission d'une branche d'activité. Mais le spin-off prend plusieurs formes : du simple conseil, de l'apport administratif, des locaux, du personnel... à l'investissement ou la prise de participation financière dans la nouvelle entité.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?