AccueilSociétéSpectacle vivant - Un thriller de la renaissance

Spectacle vivant - Un thriller de la renaissance

Victor Hugo retrouverait-il les faveurs de la scène.

ActualitéSociété Publié le ,

Après Ruy Blas au TNP, dans la mise en scène de Christian Schiaretti, et Angelo, tyran de Padoue monté au festival d’Avignon par Christophe Honoré, avant Lucrèce Borgia que Denis Podalydès présentera à la Comédie-Française avec Guillaume Gallienne dans le rôle-titre, Jean-Louis Benoit surfe également sur le succès de la série proposée par Canal +.
`Peu avare d’excès, Hugo imagine la rencontre entre la Borgia et son fils naturel qu’elle empoisonne par mégarde et sous les coups duquel elle succombe au baisser de rideau en lui lançant « Je suis ta mère ». Trois actes d’une lutte acharnée contre un secret qu’elle ne peut dévoiler, dont elle ne peut se libérer, qui la conduira à la mort. En réveillant la mère, Victor Hugo restitue sa part d’humanité à un personnage synonyme de cruauté, de débauche et d’inceste. Cette pièce, écrite en quatorze jours en réaction à l’échec du Roi s’amuse, remporta un vif succès. Au point que Gaetano Donizetti s’en inspira pour le livret de son opéra éponyme. Rien à voir donc avec l’héroïne de la série culte de Tom Fontana. Nathalie Richard le rôle-titre dans cette production créée en mars dernier au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers. « Je n’avais pas travaillé Victor Hugo depuis le conservatoire, avoue cette comédienne qui a fait sa carrière entre le théâtre du XXe siècle et un cinéma exigeant. En redécouvrant ce recyclage du langage, ces coupes entre les scènes et le montage de la pièce elle-même, je trouve cette écriture très moderne. Un thriller de la Renaissance en quelque sorte, un feuilleton qui explique le succès de la série télévisée ». Ce retour au style – même si Lucrèce Borgia est écrite en prose –demande un travail sur le souffle et la concentration. « Il faut juste trouver la bonne distance et le bon abandon, poursuit- elle en soulignant le caractère flamboyant et l’énormité du texte de Hugo « qui se lâche, qui n’a peur de rien ».

A. M.


Théâtre des Célestins 16 au 25 mai www.clestins-lyon.org

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?