AccueilSociétéSpectacle vivant - La femme est l'avenir de l'homme

Spectacle vivant - La femme est l'avenir de l'homme

Eric Massé interroge la condition féminine dans une ode, drôle et poétique, à l’émancipation de la femme.

ActualitéSociété Publié le ,

Machiste s’abstenir.

« On ne naît pas femme, on le devient ». Ces mots célèbres de Simone de Beauvoir, dans Le Deuxième sexe, ont inspiré à Eric Massé un spectacle délicat qu’il promène depuis trois saisons sur ses talons aiguilles. Un périple dans le sillage de Juliette, ce personnage puzzle qui fait écho aux portraits de femmes brossés par les sulfureuses Virginie Despentes, évoquée à travers King Kong théorie, et Nancy Houston, les féministes Geneviève Brisac et Elisabeth Badinter, les poétesses Virginia Woolf, Nelly Arcan et Andrée Chedid, auteure de Lucy, la Femme verticale, qui donne le titre à ce spectacle. Jusqu’à l’emblématique Simone Veil, évoquée avec le discours qu’elle prononça, à l’Assemblée nationale en 1974, lors du vote de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Leurs oeuvres ont souvent choqué, non par provocation, mais par nécessité.
Toutes ces femmes n’en forment qu’une, dans la lanterne magique où Eric Massé les fait défiler avec élégance, imagination et surtout un culot de tous les diables lorsqu’il prend l’apparence de certaines héroïnes du féminisme. Dans une savante alchimie d’engagement littéraire, de réalisme et d’humour, une parole parfois crue, souvent poétique, toujours intime et signifiante, une silhouette volontairement androgyne, il nous conduit dans le secret de la femme dont il usurpe volontiers la singularité pour mieux la défendre.
Les projections de photos d’actualités ponctuent les grands débats où le masculin/féminin interroge la société comme le Pacs et le mariage pour tous. Ombres chinoises, musiques et accumulation de livres sur la scène qu’il cannibalise avec un talent fou. Seul en scène face au public, qui devient son partenaire à force d’être interpellé dans ses certitudes, Eric Massé brouille les repères.

Antonio Mafra


Théâtre de la Renaissance, du 9 au 12 décembre
www.theatrelarenaissance.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?