AccueilSociétéSpectacle vivant - Jean-Marie Leclair, le père du violon français

Spectacle vivant - Jean-Marie Leclair, le père du violon français

La Chapelle de la Trinité invite les Nouveaux Caractères et les jeunes pousses du CNSMD pour fêter le 250e anniversaire de la mort du compositeur lyonnais Jean-Marie Leclair. « Je considère Jean-Marie Leclair comme le plus grand violoniste français du XVIIIe siècle, affirme Patrick Cohen-Akenine.

ActualitéSociété Publié le ,

La Chapelle de la Trinité invite les Nouveaux Caractères et les jeunes pousses du CNSMD pour fêter le 250e anniversaire de la mort du compositeur lyonnais Jean-Marie Leclair.

« Je considère Jean-Marie Leclair comme le plus grand violoniste français du XVIIIe siècle, affirme Patrick Cohen-Akenine. Pour interpréter ses oeuvres, je me suis fait fabriquer un archet capable de rebonds. Un archet plus long, plus nerveux, apte à répondre aux exigences virtuoses de cette musique ». Le violoniste et directeur de l’ensemble des Folies Françoises fait partie des rares musiciens qui s’intéressent à ce compositeur lyonnais qu’éclipse le 250e anniversaire de la mort de Rameau, décédé un mois avant lui. Cette coïncidence « malheureuse » en rappelle une autre, le 5 mars 1953 décédaient Staline et Prokofiev.
Mort assassiné, le 23 octobre 1764 à Paris, dans de mystérieuses circonstances, à l’âge de 67 ans, ce fils de passementiers lyonnais a connu une destinée moins terne que son contemporain. Au croisement des goûts français et italiens, sa musique d’une complexité redoutable effraie les violonistes. Même les clavecinistes se cassent les dents sur les transpositions de ses pièces pour archet. A côté, les transcriptions de Vivaldi ressemblent à un jeu d’enfant. Quand au lyrique, il n’en écrivit guère, à l’exception de Scylla et Glaucus exhumé après deux siècles de silence par John Eliot Gardiner à l’Opéra de Lyon en 1986. Une oeuvre que Sébastien d’Hérin et ses Nouveaux Caractères interprètent lors des journées que lui consacre la Chapelle de la Trinité. L’ensemble animera l’essentiel du volet musical qu’il démarre par une « murder party », un cluedo musical guidé par deux chanteurs et trois instrumentistes qui mêleront les oeuvres de Leclair avec celles de Marin Marais, Pergolèse et Tartini. Le CNSMD de Lyon s’associe à ces journées qui s’achèveront lors d’une Nuit Leclair au cours de laquelle les élèves du département de musique ancienne le confronteront à Locatelli, son maître.

Antonio Mafra


Chapelle de la Trinité,
du 15 au 21 novembre
www.lesgrandsconcerts.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?