AccueilActualitéSociétéSpectacle vivant - Coup de coeur : Abstraction versus baroque

Spectacle vivant - Coup de coeur : Abstraction versus baroque

Ils pourraient être l’avers et le revers d’une médaille.

ActualitéSociété Publié le ,

La médaille serait la danse classique, leur discipline originelle. Ils, ce sont François Chaignaud et Noé Soulier, qui présentaient chacun un solo. Un solo assez emblématique de leur travail, dans un registre à la fois commun et aux antipodes. La pièce de François Chaignaud limite sa jauge à 50 personnes mais se joue trois fois par jour, « comme dans les vaudevilles américains du début du XXe siècle, ou dans les cinémas d’aujourd’hui ». ДУМИ МОЇ est une incroyable revue, « à la fois miniature par la taille de l’espace et majuscule par la proportion des costumes », écrit l’artiste dans le programme. Majuscule aussi par sa propension à emballer le spectateur. Celui-ci n’en revient pas d’assister à cette sorte de rituel chamanique moderne où François Chaignaud chante en dansant des airs de confessions, d’aveux (le titre de la pièce signifie « mes pensées » en ukrainien) avec une voix de basse qu’on ne lui soupçonnait pas et des costumes ahurissants de Romain Brau. Charnel et envoûtant, ce solo est l’exact opposé de Mouvement sur mouvement de Noé Soulier, cérébral et réflexif. Tel un scientifique, Noé Soulier étudie le vocabulaire académique en croisant sa propre réflexion et la méthode d’improvisation de William Forsythe et plus précisément les gestes qu’utilise Forsythe pour expliquer sa danse. On assiste alors à un délicat exposé philosophique nourri d’une profusion de mouvements, une sorte d’exposé de mouvements sur le mouvement. Intelligent et jouissif !


G.V.-P.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?