AccueilSantéSommeil ne rime pas forcément avec médicaments

Sommeil ne rime pas forcément avec médicaments

Sommeil ne rime pas forcément avec médicaments
© DR - 40 % des Français se plaignent de mal dormir

Art de vivreSanté Publié le ,

« Je vous en conjure, si vous prenez des médicaments, le moins possible et le moins longtemps possible ! » Invité par le président de la MTRL, Romain Migliorini, le Dr Patrick Lemoine est venu débattre sur le sommeil au siège de la mutuelle lyonnaise. Spécialiste du sujet, le psychiatre ressasse le même discours depuis les années 1980 : l’utilisation des somnifères n’est pas une fatalité. « Mal dormir, c’est la plus ancienne plainte qui existe. Aujourd’hui encore, 40 % des gens affirment souffrir de troubles du sommeil et se font prescrire des hypnotiques. Or il faut bien comprendre que dormir à l’aide d’un comprimé, ce n’est pas vraiment dormir : c’est avoir une anesthésie légère. »
Le sommeil peut être perturbé de bien des manières : du simple fait de mal dormir à l’insomnie, en passant par le problème plus grave de l’hypersomnie. Autant de pathologies avérées que les médecins doivent traiter au cas par cas, au risque d’erreurs médicales potentielles. « Une étude anglaise a révélé que la prise de somnifères pendant au moins 3 mois entraînait un taux de mortalité deux fois supérieur. Or l’apnée du sommeil, grande caractéristique de l’hypersomnie, est la plus grande cause d’infarctus et d’AVC. Donner un quart de Lexomil à un ronfleur avéré, pour moi, c’est une faute professionnelle », clame le docteur. Par ailleurs, plus on prend de l’âge, plus il est dangereux de prendre des médicaments ; et plus on prend de l’âge, plus on en prend. Un cercle vicieux dans lequel il serait bon de ne pas s’insinuer…
Quant à l’insomnie, ses causes les plus fréquentes sont bien connues : la caféine (le pic d’activité de la molécule n’arrivant que 6 à 8 h après absorption), la douleur et de nombreux médicaments. N’oublions pas non plus le facteur psychologique : « J’adore cette étude où vous prenez un panel de très bons dormeurs. Vous les mettez tous dans un dortoir et les sommez de dormir en promettant 10 000 € au premier qui y parvient. Il n’y en a pas un qui va réussir à fermer l’œil ! »
En réalité, seulement 20 % des Français adultes souffrent de réelles insomnies. Pour les autres, le véritable traitement serait d’arrêter de se persuader que chercher le sommeil génère un stress. « Le plus important, c’est d’essayer de ne pas y penser et de se remémorer des pensées positives, conclut le Dr Lemoine. Et si compter les moutons n’y fait décidément rien, favorisez des dispositifs naturels comme la cohérence cardiaque plutôt qu’un recours systématique aux produits pharmaceutiques. »

Dr Patrick Lemoine, Soigner sa tête sans médicaments... ou presque (Éditions Robert Laffont)

Les clés d’un bon sommeil

Y a-t-il un nombre d’heures de sommeil à respecter ? Si les Français dorment en moyenne 7 h 30 par nuit, la règle n’est pas inflexible pour autant, comme nous l’explique le Dr Lemoine : « On peut être tout à fait " normal " et dormir moins de 6 h ou, à l’inverse, plus de 8 ou 10 h. Il n’y a qu’un seul critère qui compte, c’est l’état dans lequel je me trouve au réveil. Est-ce que je suis en forme ou non ? Et la forme, c’est la conjonction de la bonne humeur, de la bonne performance intellectuelle, de la bonne performance physique et de la bonne vigilance. Si toutes ces conditions se maintiennent sans variation tout au long de la journée, c’est que j’ai bien dormi. » S’il n’y a pas de bon sommeil sans bon éveil, il n’y a pas non plus de bon éveil sans bon sommeil. Le secret pour bien dormir ? Une conjonction de plusieurs facteurs : une bonne isolation thermique et sonore de la chambre, un peu de gym au réveil, une douche chaude prolongée, suivie d’un petit déjeuner copieux. Le soir, privilégier les sucres lents et manger tôt. « Et surtout, on se lève toujours à la même heure, week-end compris, toujours un peu avant l’heure à laquelle on le souhaiterait, poursuit le psychiatre. Je dis toujours à mes patients que pendant 15 jours ils vont me maudire, mais qu’ils vont ensuite me bénir tout le reste de leur vie ! »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?