AccueilCollectivitésSociété - La Duchère (Lyon) en Zone de sécurité prioritaire

Société - La Duchère (Lyon) en Zone de sécurité prioritaire

Au début du mois d’août, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, annonçait la création des Zones de sécurité prioritaires, ZSP.

Collectivités Publié le ,

Définies en fonction de critères objectifs de gravité et d’après les statistiques de la délinquance données par la police et la gendarmerie, elles concernent alors quinze quartiers en France, dont celui de la Duchère à Lyon. Ce quartier de l’ouest lyonnais, qui recense, aujourd’hui, 10 200 habitants (12 000 en 2006), compte une forte proportion de logements sociaux, avec un taux de 84 % (20 % à Lyon). Des incivilités, trafics, rodéos, incendies de voitures et agressions émaillent la vie d’un quartier où le taux de chômage est de 22 % et celui des jeunes de 36 %. Consciente de ces difficultés, la ville de Lyon a amorcé, dès 2003, avec l’aide des services de l’Etat, un processus de transformation de ce quartier dont l’aboutissement est fixé à 2016. Le projet urbain, qui prévoit, en outre, la reconstruction de 1 700 logements, l’ouverture de deux écoles, d’un gymnase, d’une bibliothèque, et l’aménagement du parc du Vallon, est en bonne voie. Ce qui permet à Gérard Collomb d’affirmer que « la Duchère a beaucoup évolué ». Mais en dépit de certaines avancées sociales, ce quartier reste populaire et connaît toujours de nombreuses difficultés, notamment en matière de réussite scolaire et de qualification.

Prévention et répression

Pour Jean-François Carenco, préfet de région, la mise en place de ZSP doit permettre de « faire de la Duchère un quartier normal. Il s’agit de conclure. Nous allons être mieux répressif et mieux policé. Nous allons faire, en matière sociale, un peu de discrimination positive pour sortir les gens de leurs difficultés. »
Sans pour autant recruter de nouveaux policiers, la présence de ces derniers sur le terrain sera renforcée, de même que les partenariats opérationnels avec la ville de Lyon, les bailleurs sociaux, l’Education nationale ou encore les TCL. Des acteurs du quotidien qui devront désormais mieux communiquer et travailler ensemble afin d’atteindre quatre objectifs prioritaires en matière de sécurité intérieure : diminuer les violences urbaines, les vols avec violences et plus spécialement les car-jacking et bike-jacking, démanteler les réseaux de trafics de stupéfiants et lutter contre l’économie souterraine et contre l’islam radical.
L’amélioration de la physionomie de l’espace public et le resserrement des liens avec les associations et les habitants sont également au programme d’une prévention visant à embellir le cadre de vie de ce quartier. Un premier bilan sera fait avant la fin de l’année quant à cette mobilisation et ces nouvelles mesures.

A. G.-P

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?