AccueilActualitéSituation de la presse : pour Vincent David, président de la PHR, "nous vivons une crise de la médiation"

Situation de la presse : pour Vincent David, président de la PHR, "nous vivons une crise de la médiation"

Alors qu’Aix-les-Bains accueille le congrès du syndicat de la presse hebdomadaire régionale, son président Vincent David estime qu’il faut réhabiliter la presse d’information.
Situation de la presse : pour Vincent David, président de la PHR, "nous vivons une crise de la médiation"

Actualité Publié le , Hélène VERMARE

Après deux congrès annulés pour cause de crise sanitaire, les éditeurs de presse hebdomadaire régionale (PHR), se retrouvent les 2 et 3 juin à Aix-les-Bains pour la 47e édition de cet événement annuel, pilotée cette année par le groupe Compra, éditeur de La Vie Nouvelle.

L’occasion de belles retrouvailles pour cette "grande famille" qui réunit 225 titres adhérents au syndicat. L’occasion aussi et surtout de partager les bonnes pratiques tout en échangeant sur différents sujets d’actualité, de réfléchir à la manière de redonner du pep’s aux équipes après deux années compliquées, d’évoquer les nouveaux modes de fonctionnement générés par le télétravail...

"Nous avons une place, la place d’une presse sérieuse, faite par des professionnels"

Sans oublier de se pencher sur les différentes façons de “réenchanter” le quotidien à l’heure où "les réseaux sociaux ont fait naître l’idée que l’on n’avait plus besoin de journalistes, que tout un chacun pouvait en être un" relève Vincent David, président du SPHR.

"Or Internet, c’est le “café de la place”, c’est sans filtre. Nous, nous sommes les filtres, les passeurs. Nous avons une place, la place d’une presse sérieuse, faite par des professionnels. Nous vivons une crise de la médiation. Il faut relégitimer notre mission, réhabiliter la presse d’information."

Comment ? "En ayant une exigence éditoriale forte pour préserver l’acte d’achat."

Presse hebdomadaire régionale : être intransigeant sur la qualité

Et cette dernière tâche n’est pas simple. Même si la presse hebdomadaire a, dans l’ensemble, "plutôt bien traversé la crise sanitaire malgré un trou d’air au niveau de la publicité et des annonces légales", l’érosion des ventes, pourtant globalement en hausse pendant cette période, se poursuit : de l’ordre de -3 à -4 % par an en moyenne depuis dix ans.

Et son modèle économique n’a pas beaucoup évolué, toujours composé à hauteur d’environ un tiers par les ventes, un tiers par les annonces légales et un tiers par le commercial (ce sont des estimations tant cette presse est diversifiée).

"Notre presse s’en sortira seulement si elle ne transige pas sur la qualité et si elle évolue. Et pour cela, il n’y a pas de recette unique. Aujourd’hui, tout le monde cherche à différencier ses contenus, à apporter une plus-value avec des dossiers à forte valeur ajoutée, des suppléments..., à capitaliser sur sa marque", analyse Vincent David.

"Nous croyons à notre mission de proximité ; c’est une valeur partagée qui continue de nous habiter. Les gens veulent être rassurés dans leur quotidien, souhaitent des informations sérieuses et vérifiées. On veut être une presse positive, partenaire et acteur de la vie des territoires. C’est notre mission depuis deux siècles quelle que soit la ligne éditoriale", souligne-t-il.

Et quid du digital à l’heure où le coût du papier bondit et "nous oblige à compenser le prix et à contrôler davantage la pagination" ?

C’est complexe, la plupart des titres de presse hebdomadaire régionale ont de toutes petites équipes

"Il se développe, mais reste compliqué : nos publications sont enracinées dans des terroirs, avec des lecteurs qui veulent conserver un support papier quelles que soient les générations. La publicité sur le Net reste par ailleurs trustée par les Gafam (NDRL : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Tout est tellement fragile que personne ne veut aller à marche forcée vers le digital. Et selon moi, il y aura toujours du papier, des éditions hebdomadaires au côté de sites internet payants, au renouvellement quotidien de l’information. Mais c’est complexe, la plupart des titres de PHR ont de toutes petites équipes."

Et, poursuit le président, "il faut aussi nous aider". Ce qui n’est pas forcément le cas en ne soutenant pas, par exemple, le maintien d’un commerce/point de vente dans les petits villages, en réformant le marché des annonces légales, en modifiant les règles du transport postal...

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 juin 2022

Journal du25 juin 2022

Journal du 18 juin 2022

Journal du18 juin 2022

Journal du 11 juin 2022

Journal du11 juin 2022

Journal du 04 juin 2022

Journal du04 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?